Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

[Opéra] Amours uranistes chez McCarthy : Fellow Travelers de Gregory Spears



En train de préparer le prochain volet des opéras rares donnés cette saison dans le monde, cette fois-ci consacré aux opéras de compositeurs vivants. L'occasion de faire un tour des tendances dans les œuvres créées, qui échappent de plus en plus aux sinueux dispositifs pour happy few (fondés sur des collages de textes illustrant la vie d'un poète d'avant-garde – je n'exagère pas vraiment) qu'on pouvait voir fleurir jusqu'au début des années 2000.

À force de traiter l'opéra de musée mourant, il semble s'être ouvert à d'autres univers – ou bien est-ce simplement qu'avec les bases de données actuelles, à la fois beaucoup plus accessibles et beaucoup plus complètes, on peut mieux se rendre compte de la diversité qui existe par le monde ?

En tout cas, quantité de thèmes beaucoup plus accessibles que d'ordinaire :
histoire récente (JFK),
littérature grand public (le Chat botté en tchèque, Moby Dick, Anne Frank, Lord of the Flies),
littérature fantastique (la Maison Usher, le fantôme de Canterville, deux Dracula, Hercules vs. Vampires [??] et même un Addams Family !),
cinéma (Marnie, L'Ange exterminateur, Solaris, Dead Man Walking, La Reine des Neiges, Max et les Maximonstres !),
bio-ops (Pompadour, Wagner, M. Monroe),
suites d'opéras (Radames, Buoso's Ghost, Figaro Gets a Divorce),
actualité (Fukushima),
faits de société (Alzheimer, prostitution de luxe, cas psychiatriques remarquables…).

Et bien d'autres – beaucoup en tchèque et en langues baltes, étonnamment.

Ça jette un sacré coup de jeune, en tout cas une ouverture vers un public plus vaste que le fer de lance de la culture la plus valorisée, pour peu que la musique suive le même chemin (diversement le cas, comme vous le constaterez le moment venu).
Beaucoup d'œuvres assez réussies là-dedans, en plus.

Certes, j'attends toujours mon opéra de zombies et ses super dialogues, ou mon heptalogie Star Wars.

Je viens donc pour l'occasion d'écouter ce disque qui vient de sortir (le 29 septembre, c'est tout comme). Gros coup de cœur – qu'il est peu probable que la majorité de mes lecteurs partage, j'en conviens d'avance.


gregory_spears_fellow_travelers.jpg


Comme la présentation est un peu longue pour le format prévu (survol de nombreux titres donnés un peu partout), et que je ne vous ai pas nourris depuis une semaine, voici quelques premières impressions.


(Gregory) Spears, Fellow Travelers (Chicago)

→ Amours uranistes entre un jeune diplômé et un officiel sexagénaire du Département d'État, dans l'entourage de McCarthy et l'action anticommuniste américaine. Créé à Cincinnati fin 2016, un beau succès ; il en existe même un disque, chez le label de l'orchestre, Fanfare Cincinnati.

→ Musique purement tonale, à l'accompagnement très étale, au matériau très simple (petites volutes de vent sur aplats de cordes…), avec des accords de quatre sons, la plupart du temps en tonalité majeure, qui permet de se dédier à la conversation en musique (très peu d'ambitus, on comprend tout sans livret !) sans être concurrencé par l'orchestre. Très belles atmosphères, le livret (plaisant sur l'univers administratif et militant) se situe quelque part entre Le Consul de Menotti et un épisode de The West Wing, la romance en prime ; la musique entre la simplicité du musical, Hahn (début de l'acte II de L'Île du Rêve, tout est écrit sur ce patron), Martinů (Juliette, Ariane, Jour de bonté), Barber (plutôt l'Adagio et les moments limpides de Vanessa), Damase (L'Héritière plutôt que Colombe), Adams (les parties les plus simplement mélodiques d'El Niño ou Doctor Atomic)… Beaucoup de formules régulièrement motoriques (façon petit train), de petits rebonds comme les accompagnements de Damase (doublure de piano permanente), et même une petite imitation du début de Rheingold dans le tableau à St. Peter.

→ À l'échelle de l'histoire de la musique, vraiment simplet – surtout en ce que les accompagnements sont repris lorsque revient une situation comparable ! (très beaufinal qui s'enrichit et s'irise légèrement, cela dit)

→ À l'échelle d'un opéra où l'on peut suivre le texte (pas mauvais d'ailleurs), un petit bijou, si l'on aime les couleurs claires, les climats apaisés. Vraiment rien de tourmenté là-dedans, tout est toujours joli. [Ça me parle énormément, mais je conçois très bien qu'on trouve que ça manque de corps.]

→ Quelques extraits, avec un aperçu de la multiplicité des lieux, sur un des interludes instrumentaux (on entend bien la nudité de cette musique apaisés, à défaut de pouvoir vérifier la qualité très réelle de la déclamation-conversationnelle).

(Aaron Blake et Joseph Lattanzi chantent remarquablement.)



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2978

Commentaires

1. Le samedi 25 novembre 2017 à , par DavidLeMarrec

En explorant le reste du catalogue de Gregory Spears, je m'aperçois que son style habituel est assez différent de celui exploité dans Fellow Travelers.

Dans la pièce de chambre The Bear and the Dove qui joue des glissandos, comme dans son Requiem (qui prend des bouts de l'ordinaire dans le désordre, et y adjoint une très jolie réharmonisation extatique alla Whitacre de Cigne ie suis de candeur de Claude Le Jeune), son procédé dominant semble être le collage, assez talentueux d'ailleurs, créant de nouvelles strates et harmonies par superposition (pas du collage linéaire et satirique façon B.A. Zimmermann ou Kagel).

Ce n'est pas mal du tout, même si la substance musicale demeure simple, et convainc donc moins que dans le cadre du respect de la prosodie et de la favorisation d'une action dramatique.

2. Le dimanche 26 novembre 2017 à , par Benedictus

Tu avais beau m'avoir prévenu sur classik, je n'ai pas pu m'empêcher de cliquer et... ah oui, quand même. Mais comme du coup c'est ma faute, je t'épargnerai les adjectifs truculents.

3. Le dimanche 26 novembre 2017 à , par Diablotin :: site

Tiens, dans le genre "bio-ops", je ne sais pas si tu as entendu parler de ça : https://www.santafeopera.org/operas-and-ticketing/the-revolution-of-steve-jobs
J'imagine que oui, puisque cela a été assez largement abordé dans la presse, papier ou en ligne... Il semblerait d'ailleurs que les places se soient vendues presqu'aussi vite que pour un concert des Rolling Stones !
Je m'attendais à un genre de "musical" très caricatural, mais en fait, il semble que ce soit mieux que ça, si on en croit les extraits diffusés sur le Tube, du genre : https://www.youtube.com/watch?v=-1ACdwLvJ9I

4. Le dimanche 26 novembre 2017 à , par DavidLeMarrec

@ Benedictus : Les extraits en ligne ne sont cela dit pas appétissants, en contexte ça fonctionne tout autrement. Mais oui, il faut écouter ça comme un mélange de musical, de musique de film et de conversation en musique légère. Pas du tout pour toi, tu étais prévenu. :)

@ Diablotin : J'avais entendu parler du projet, mais pas de sa réalisation ! Effectivement, à en juger par l'extrait, du vrai contemporain à l'orchestre… et ça devient plutôt du Britten simplifié quand ça converse. Le sujet ne me fascine pas particulièrement, mais le traitement a l'air plutôt convaincant. Comme les maisons américaines sont tenues par leurs mécènes, ça provoque des programmations un peu étriquées en matière de répertoire, mais aussi des premières mondiales manifestement plus accessibles…

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« novembre 2017 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930