Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Quatuors à cordes parisiens au tournant du XIXe siècle : Pleyel, Haensel, Auber


Le quatuor à cordes connaît, très rapidement après son invention au milieu du XVIIIe siècle une expansion et un âge d'or assez spectaculaire, avec des quantités production assez édifiantes et, assez vite, l'écriture de hauts chefs-d'œuvre.

Et pendant les premiers temps du XIXe siècle, les compositeurs, même non réputés spécialistes, en produisent en abondance – y compris des spécialistes de la scène lyrique comme Cherubini, Auber ou Donizetti.

Dans la cave du 38 Riv', l'association Caix d'Hervelois, extrêmement active dans la mise en valeur des répertoires peu courus du XVIe au XVIIIe siècle, avait mandaté le Quatuor Pleyel (sur instruments anciens et boyaux) pour documenter cette période assez mal cernée par le disque – et encore moins par le concert.

ignace pleyel quatuor ben. 355
Extrait de la partie de premier violon du premier mouvement du Quatuor B.355 d'Ignaz Pleyel.
Où l'on remarque la diversité d'effets convoqués : syncopes, nuances spectaculaires, respirations, doubles cordes, modes d'attaque, indications de phrasé…


¶ Un quatuor de 1803 (Op.10 n°3) de Peter Haensel (1770-1831). Auteur exclusif de musique de chambre, très peu fêté de nos jours, il s'installe définitivement à Vienne, mais non sans avoir d'abord parcouru l'Europe : formé à Varsovie, violoniste à Saint-Pétersbourg, puis élève de Haydn, il se perfectionne pendant un an auprès d'Ignace Pleyel à Paris. Ce quatuor composé à Paris, sans constituer un chef-d'œuvre ultime, constitue plutôt une très belle illustration du quatuor galant, essentiellement mélodique ; on y rencontre des trouvailles heureuses, comme la circulation simple mais réussie du motif dans les variations de l'Andante, ou le dialogue de la petite harmonie dans le final.

¶ Le Premier Quatuor (1799) de Danier-François-Esprit Auber (1782-1871), œuvre de jeunesse très aboutie. Il n'a alors écrit aucun opéra, et se destine encore à la reprise de la maison d'édition de son père. Le contraste avec Haensel est saisissant en raison de son sens du lyrisme (veine mélodique immédiate), où la progression dramatique, malgré la légèreté de ton, est très sensible. Le dernier mouvement est en particulier remarquable, avec ses grands trémolos d'accords, déjà très romantiques et spectaculaires pour l'époque : bien que composé avant celui de Haensel, on entend très nettement la différence de génération.

¶ Un quatuor de 1791 d'Ignace Pleyel – le programme de salle précise Op.23 n°3, mais considérant la pagaille des numéros d'opus chez Pleyel (quatre ou cinq numéros pour un même cycle, ou bien plusieurs cycles sous un numéro d'opus commun), autant préciser qu'il répond au numéro de catalogue Ben. 355.
Le compositeur, ancien élève de Haydn lui aussi, est alors sis à Strasbourg ; c'est avant qu'il ne s'installe à Paris en 1795 et y ouvre sa maison d'édition puis y fonde, en 1807, la fameuse facture de pianos – mais sa notoriété est déjà tout à fait considérable en Europe.
En trois mouvements seulement, il est judicieusement placé à la fin du programme, qu'il couronne ; je n'avais jusqu'ici entendu que des pièces (trios, notamment) assez banales de Pleyel, mais ici, son premier mouvement tempêtueux à la forme sonate limpidement articulée, son beau mouvement lent homophonique (écrit en accords), avec sourdine comme une bonne partie de sa production pour quatuor, et ses variations finales en mineur (qui lorgnent vers la répartie des Haydn des meilleurs jours), tout cela révèle un chambriste de premier plan, une des grandes figures de sa génération. Et l'on comprend le zèle du Quatuor Pleyel à promouvoir, jusque par sa propre dénomination, ce corpus totalement négligé.

quatuor pleyel
Le Quatuor Pleyel, dans sa formation standard (C. Cavagnac et C. Giardelli apparaissent quelquefois remplacées sur les photos).
De gauche à droite : Claire Giardelli, Bernadette Charbonnier, Andrée Mitermite, Céline Cavagnac.


Les membres du Quatuor Pleyel sont issus des meilleurs ensembles spécialistes, membres réguliers ou permanents de La Grande Écurie ou la Chambre du Roy, Le Concert Spirituel, Les Talens Lyriques, Akadêmia, Les Folies Françoises… Pourtant, dans la proximité (et les conditions d'humidité particulières, je suppose) de la Cave du 38 Riv', les fragiles boyaux, en particulier pour le premier violon et le violoncelle, semblaient jouer de vilains tours à l'accord (surtout au début du concert, étrangement).
Si je n'ai pas adoré les phrasés très liés d'Andrée Mitermite (premier violon), peut être en style, mais pas assez « verbaux » pour moi, j'ai en revanche été frappé par la petite harmonie très habitée (Bernadette Charbonnier et Céline Cavagnac), faisant de figures simples, prévues pour l'accompagnement, de réelles composantes du discours.

Curieux de suivre à nouveau leurs passionnantes explorations. À l'automne dernier, elles ont par exemple donné un programme H. Jadin, I. Pleyel et E. Mayer dans une église de l'Allier !

ignaz pleyel quatuors prussiens

Il n'existe pas à ce jour de disque de cet ensemble, mais dans ce répertoire jusqu'il y a peu très rarement fréquenté (et pas toujours bien choisi ni adéquatement enregistré, témoin les quatuors de Grétry ou Gossec, par exemple), on peut se tourner vers un autre Pleyel Quartett (à quand un registrar officiel des noms de quatuors ?), celui de Cologne, qui a gravé chez… CPO les Quatuors au roi de Prusse, qui précèdent la série au roi de Naples dont est tiré le B.355, en trois volumes (neuf quatuors). Sur boyaux, très clair et maîtrisé.
Ce même ensemble a également documenté, pour CPO ou CAvi : Klughardt, Gyrowetz et, légèrement plus commun, Wolf.

On trouve aussi quelques autres disques isolés consacrés aux quatuors à cordes d'Ignaz Pleyel, par exemple ceux parus chez Naxos ou Hungaroton.

--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2810

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« mai 2016 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031