Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Toutes les écoles et beaucoup de théâtre : Le Consul de MENOTTI — Collet, Encina Oyón, Herblay-Athénée 2014


Un tout petit mot sur la production de The Consul, la rareté annuelle donnée à Herblay (1,2) à la fin de la saison passée, et reprise à l'Athénée cette semaine (la première était ce mercredi, et à partir de vendredi s'enchaînent les trois autres dates).


1. Un librettiste qui compose

Gian Carlo Menotti (né en Italie en 1911, mais ayant largement vécu aux États-Unis) est avant tout un homme de théâtre : sa carrière illustre des genres lyriques assez différents, et culmine probablement davantage dans ses livrets (il est l'auteur de Vanessa de Barber, une des plus belles pièces à chanter du répertoire) que dans sa musique. Au début de sa carrière, la MGM l'avait d'ailleurs recruté pour écrire des screenplays — aucun n'a abouti à l'écran, mais The Consul provient de l'une d'entre elles.

C'est néanmoins un compositeur habile et assez inspiré, qui parcourt les styles sans produire peut-être de chef-d'œuvre ultime, mais toujours avec bonheur, depuis la très courte conversation en musique (The Telephone en 1947, un clin d'œil sur la romance au quotidien revue par les nouvelles technologies) jusqu'au grand opéra ultralyrique postpuccinien (Goya en 1986, écrit pour Plácido Domingo).

2. Les styles du Consul

The Consul (1950) est son premier grand opéra sérieux, et se situe pourtant à la jointure de ces univers ; on y voit passer la plupart des influences de Menotti :

¶ la conversation en musique badine, avec ses vents très sollicités et ses rythmes primesautiers ou dandinés, dans la lignée des néoclassiques italiens (Wolf-Ferrari par exemple) ;

¶ le lyrisme puccinien (occasionnellement straussien) qui éclate sans pudeur dans les grands moments, avec ses doublures de cordes et ses thèmes très intenses, quasiment lacrymaux ;

¶ la sévérité un peu abstraite de Britten dans les moments dramatiques, dont la carrure (avec pourtant des mesures simples et nettement pulsées) semble échapper, de même que la mélodie, peu saillante, un peu grise, étouffante et propice aux huis-clos ;

¶ les aspects 1 et 3 tissent aussi beaucoup de liens avec Poulenc que ce soit pour cette jovialité pleine de contorsions ou pour l'oppression d'harmonies et de temps martelés, très parents avec les Dialogues des Carmélites.

3. Qualités du Consul ?

Le livret reste assez dense en nombre d'événéments mais n'hésite pas à laisser les atmosphères se développer. Menotti se donne peu de limites dans la dureté du propos, et sa force est accrue, je trouve, par l'absence de leçon politique donnée : même si la famille Sorel est clairement l'objet de persécutions, aucun pays n'est mentionné, ni celui où l'action se tient, ni celui dont le consulat est censé ouvrir les portes. On peut se figurer que le modèle se trouve dans les démocraties populaires de l'Est de l'Europe, mais cela fonctionne aussi bien avec les régimes nationalistes d'avant la guerre, ou dans n'importe quelle dystopie sans libertés individuelles. Par ailleurs, le combat de John Sorel n'est pas précisé ni exalté, ce qui nous laisse, là aussi, tout au théâtre — sans l'embarras d'opinions qui ne sont pas forcément les nôtres et auxquelles l'artistes nous sommerait de nous soumettre.

Deux sujets essentiellement : le sort de la famille d'un opposant politique traqué (vision excessivement sombre de la réalité), et l'attente dans le consulat — qui est à la fois le lieu d'une indifférence cruelle, et le terrain propice à toutes les facéties librettistiques.

La partie sombre, quoique très prenante, n'est pas la plus intéressante musicalement (c'est là qu'on entend du Britten-Barber sombre, et le Poulenc des Dialogues), avec une véritable efficacité théâtrale, mais peu de saillances.

En revanche les séances au consulat, qui empruntent davantage les couleurs du néoclassicisme italien de Malipiero, Rota et surtout Wolf-Ferrari, sont assez jubilatoires ; pas tant à cause de leur propos (il est un peu facile de supposer l'indifférence et l'incompétence des gens dans des admninistration surchargées) que grâce à leur fantaisie (beaucoup de personnages de caractère, assez savoureux) et à leur musique. Menotti utilise des recettes simples (répétitions de cellules musicales, de pair avec les échanges rigides au secrétariat du consulat), mais très bien coordonnées avec le texte, et pas dépourvues de charme musical.
Ce sont, à mon avis, les moment qui font réellement le sel de l'œuvre.

Aussi étrange que cela puisse paraître, les deux aspects alternent sans se nuire : la jubilation des jeux de la salle d'attente n'est pas ternie par l'atmosphère générale, pas plus que le sort désespérant des Sorel n'est adouci par ces intermèdes bouffons.

4. Production Collet-Pasdeloup

La mise en scène de Bérénice Collet, déjà admirable pour Vanessa (où elle s'appuyait à nouveau sur la scénographie de Christophe Ouvrard), frappe un nouveau coup de maître : il faut voir comme les insterstices d'un livret – certes très suggestif – sont habités ! La façon dont les femmes Sorel cachent les documents avant l'arrivée de la police, par exemple, est un petit sommet de malice, de pathétique et de justesse.
Il faut saluer l'usage de la vidéo (grâce à Christophe Waksmann), parfaite pour évoquer les rêves de façon immédiatement intelligible et visuellement assez frappante — c'est la première fois que le dispositif me convainc autant.

Les Pasdeloup étaient en petit effectif : cinq violons, deux altos, deux violoncelles, une contrebasse, bois par un (mais très sollicités), deux cors, deux trompettes, un trombone, harpe, piano, timbales, percussions.

Comme pour The Rape of Lucretia dans le même lieu, je suis avant tout frappé par le fait que les voix embauchées sont bâties pour les vastes espaces : dans ce petit théâtre, nul besoin de ces voix saturées en harmoniques (et peu gracieuses de près). En revanche, on aurait pu apprécier une meilleure articulation (très médiocre chez à peu près tout le monde…), pour ne rien dire de l'accent (ce qui est beaucoup moins gênant, mais un peu étonnant).

Deux beaux timbres tout de même : belle résonance de la basse Virgile Frannais (Assan le vitrier), et lumière (sur harmoniques très denses) du baryton Philippe Brocard (John Sorel).

Et puis le plus grand respect pour Artavazd Sargsyan en Nika Magadoff, alternant quelques tours de prestidigitation de base (mais assez spectaculaires), très bien réalisés, tandis qu'il doit chanter (assez bien d'ailleurs) son rôle de ténor plutôt volubile, sur un accompagnement qui, sans être retors, n'est pas non plus du Mozart. Quiconque a essayé de jouer précisément de ses mains pendant qu'il tente de (bien) chanter mesurera la difficulté à sa juste valeur — c'est encore plus dur qu'il n'y paraît.

5. Trivia

Évident hommage à Tosca lorsque Magda Sorel ferme la fenêtre pour interrompre les échos du disque qui passe chez les voisins.

La danse macabre pendant la scène du gaz, avec ses projections de doubles grotesques dignes des rêves éthyliques de Dumbo, était très réussie.

La salle était pleine, il semble que le bouche à oreille, depuis Herblay, ait produit son petit effet.

¶ Little Monkey, adresse hypocoristique à l'enfant, est opportunément traduit dans le surtitrage par mon petit oiseau.''

--

Sans être de ceux qu'on réécoute régulièrement au disque, les opéras de Menotti méritent vraiment le déplacement lorsqu'ils sont donnés à la scène. (Mon inclination personnelle me fait privilégier son livret pour Vanessa et bien sûr le délicieusement badin Téléphone, mais tout n'est pas disponible au disque.)


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2536

Commentaires

1. Le lundi 13 octobre 2014 à , par Ouf1er

Ben dis donc, tu es dur pour les voix, de femmes notamment.
Pour ma part, ce n'est pas les voix que j'ai trouvé génantes (mais au contraire assez remarquables pour des inconnus absolus), mais bien le volume de l'orchestre, assez insupportable bien qu'en "petite formation"....
J'ai découvert à cette occasion ce petit bijou qu'est l'Athénée, et je compte bien y revenir plus souvent....

2. Le lundi 13 octobre 2014 à , par David Le Marrec

Bonsoir majesté !


Ben dis donc, tu es dur pour les voix, de femmes notamment.

Je n'ai pas eu cette impression : je dis surtout qu'elles ne sont pas adaptées pour un petit orchestre dans une petite salle. [Et, certes, que tous tendent à chanter l'anglais comme des cochons, avec des accents très moyens et surtout une intelligibilité à peu près nulle. Mais là encore, c'est lié au type de voix choisi : des instruments très charpentés conçus pour projeter loin par-dessus de grands orchestres… à l'Athénée pour du théâtre musical, ce n'était pas pertinent.]
Mais je n'ai jamais voulu dire qu'ils étaient mauvais, ils sont même tous tout à fait valeureux.


Pour ma part, ce n'est pas les voix que j'ai trouvé génantes (mais au contraire assez remarquables pour des inconnus absolus),

Absolus, pas tous : Sargsyan se produit à Versailles cette saison, et puis Andrea Hill a déjà eu quelques très beaux rôles à Paris. Sinon, à part Frannais que je crois avoir déjà entendu quelque part, en effet, ils ne sont pas très célèbres, mais on sait bien que la carrière au théâtre ou à l'opéra (et pour partie dans la musique instrumentale) n'est pas forcément fonction des qualités techniques ou artistiques. Il en faut beaucoup pour réussir, mais ensuite, la différence qui sépare les excellents (voire simplement les très bons) des stars tient plutôt des opportunités et de l'entregent.


mais bien le volume de l'orchestre, assez insupportable bien qu'en "petite formation"....

Pas du tout remarqué ça mercredi, l'équilibre était très bon.


J'ai découvert à cette occasion ce petit bijou qu'est l'Athénée, et je compte bien y revenir plus souvent....

Oui, je trouve que c'est le plus joli théâtre de tout Paris. Et ils parviennent à remplir avec une programmation quand même très originale (aux tarifs bas).

3. Le mercredi 15 octobre 2014 à , par Gilles

J'ai été sous le charme de ce Consul.
Pour ma part, j'ai trouvé l'articulation suffisamment intelligible pour ne avoir besoin des surtitres que rarement (et je ne connaissais rien des paroles). Mais il est vrai que l'accent anglais a quelque peu été malmené, sauf, je trouve, par Valérie MacCarthy.
D'ailleurs, le rôle de Magda, quasiment omniprésent et avec une vaillance certaine (notamment accrue pendant sa grande tirade au consulat) me paraît assez redoutable à tenir, en particulier pour une jeune chanteuse. Je n'oserais relever les similarités avec celui de Madame Butterfly, mais reconnaissons qu'il y en a !
Ce que j'ai aimé dans le livret, c'est aussi la bascule ou une certaine tendance vers l'humanité que finit par montrer la secrétaire. Cela permet de relativiser l'apparente méchanceté de cette employée qui ne fait qu'appliquer les règles sans y voir plus loin que ses papiers. Mais même confrontée à la réalité de terrain, elle brandit une règle qui va dans le sens de la protection du héros...
Pour ce qui est de l'absence d'identification géographique ou du régime visé, ce que vous dites est vrai mais... il me semble avoir lu quelque part que l'oeuvre a été écrite au moment du McCarthysme (rien à voir avec le nom de la chanteuse qui tient le rôle de Magda !).
L'Athénée réserve toujours d'excellentes surprises. L'an dernier ou l'année d'avant, j'y avais découvert Les Enfants Terribles. Et, après ce Consul, je suis certain qu'il y en aura d'autres.
Merci de votre notule.

4. Le jeudi 16 octobre 2014 à , par David Le Marrec

Bonjour Gilles,

Effectivement, mercredi, les surtitres étaient nécessaires — ou, du moins, il fallait deviner au milieu des voyelles toutes égales et des consonnes pas très articulées. Pour une œuvre aussi théâtrale, ça m'a un peu frustré.

Je suis d'accord, Magda est un rôle écrasant, pas aussi virtuose que les grandes parties du répertoire italien qui réclament des aigus magnifiques et un legato parfait, mais extrêmement long et versatile… il faut vraiment maîtriser tous les registres (de la voix aussi bien que du théâtre), sans que l'écriture soit totalement confortable pour autant.

Pas sûr qu'il y ait un lien avec le maccarthysme, dans la mesure où l'année de création est l'année d'arrivée dans la lumière de MacCarthy ; mais il devait certainement y avoir déjà l'ambiance du Red Scare, même si MacCarthy l'a sciemment favorisé.
Néanmoins, l'absence de précision permet d'y voir aussi les échos du nazisme, très présents jusqu'à aujourd'hui dans l'imaginaire américain ; ou bien, si l'on veut (il faudrait aller fouiller dans les papiers de Menotti) le risque de toute démocratie qui glisse vers l'autoritarisme (dont l'aspect witch hunt du maccarthysme pourrait constituer une étape).
Non, vraiment, je trouve difficile d'identifier la cible, même si l'on voit bien que la matière s'inspire largement des démocraties populaires. Ce n'est pas la Ferme des Animaux, où personne n'est nommé, mais où toute la rhétorique soviétique est recyclée.

Je suis d'accord, l'Athénée offre toujours des programmes originaux, assez audacieux (vu le prix très modéré des places, je serais curieux de lire le montant du chèque de subvention !). Mais les esthétiques du vingtième qui y sont privilégiées (que ce soit Eötvös ou, comme vous le citez, le redoutable Glass) ne sont pas forcément les plus nourrissantes ni les plus agréables, à mon gré du moins.
Pour les hardiesses, je suis plutôt le Théâtre d'Herblay (qui a créé cette production), avec une répartition beaucoup plus vaste des périodes : Vanessa de Barber, Zanetto de Mascagni, Abu Hassan de Weber, et cette saison Falstaff de Salieri (qui a pas mal de points communs avec Così fan tutte).

Quoi qu'il en soit, très chouette initiative de l'Athénée, et ce n'est pas le seul programme attirant de la saison – j'ai bien envie de tester les Passions mises en scène, où chante Mathieu Dubroca.


Merci pour ces réactions, à bientôt !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(20/4/2010)

Chapitres

Archives

Calendrier

« octobre 2014 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031