Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

[Carnet d'écoutes] Julius RÖNTGEN – Concertos pour violoncelle – Horsch, Porcelijn


Vous aimez « le » concerto pour violoncelle de Dvořák ? En voici trois autres (avec un peu de célesta en prime).


Très joliment interprétés, comme toujours avec ce chef, cet orchestre (et un soliste judicieusement adapté à la couleur de ce répertoire).

Version : Horsch, Symphonique des Pays-Bas, Porcelijn (CPO).


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2507

Commentaires

1. Le jeudi 21 août 2014 à , par Benedictus

Puisque tu en connais un rayon*, j'aurais voulu savoir:

- si les Symphonies, les Concertos pour piano et pour violon (qu'on trouve chez le même éditeur, avec le même chef mais des orchestres allemands) étaient bien aussi;

- à quoi ressemblent les Symphonies de Van Gilse (Porcelijn / Symphonique des Pays-Bas / CPO également).


* Désolé. Pas pu m'en empêcher. (En plus, ils étaient proches parents, non?)

2. Le jeudi 21 août 2014 à , par David Le Marrec

¶ Les Symphonies de Röntgen sont impressionnantes, ne serait-ce que par la prise de son (la Sixième par le même orchestre, oh !). Dans le genre postromantique un peu lisztien, ça se tient très très bien.
Pour les concertos, j'aime bien, ce qui est bon signe, considérant que ce n'est vraiment pas mon genre de prédilection.

Jan van Gilse, c'est ouvertement décadent, plus proche de Rudi Stephan ou de Joseph Marx, mais il lui reste quelque chose de franchement romantique (assez tristanien à vrai dire) qui le rend très accessible et assez jubilatoire. (Considérablement plus intéressant pour moi.)

¶ Et avant que tu me le demandes, il y a aussi Hendrick Andriessen, toujours avec le même orchestre. On est davantage dans les grands aplats spectaculaires (quelque part entre Schjelderup et un zeste de Petersson, avec des poussées de folklorisme plus Dopper), c'est clairement moins discursif et plus figuraliste, mais pas déplaisant du tout. Plus typé vingtième en tout cas.

¶ Pour ceux qui nous liraient, je crois que je peux mentionner notre accord, dans le genre romantique-second-XIXe, pour la générosité simple des symphonies de Sinding, qui progressent non sans panache au sein d'une veine mélodique assez remarquable. Nettement plus intéressant que les piécettes figurales qui l'ont fait rester à la postérité. Cette fois, c'est avec la NDR.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(28/6/2010)

Chapitres

Archives

Calendrier

« août 2014 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031