Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


[2013-2014] Programmes conjugués du CMBV et de Versailles


Evénements

Après dépouillement de la saison, le grand événement ne sera pas dû au CMBV : Herculanum de Félicien David par Hervé Niquet, le Philharmonique de Bruxelles et le Choeur de la Radio Flamande - avec Véronique Gens et Nicolas Courjal, pour ne rien gâter.
Je ne suis pas très convaincu, à ce jour, par les oeuvres de ce compositeur (aussi bien les grandes choucroutes solennelles que la musique de chambre), mais Niquet et Bru Zane nous ont davantage habitué à des révélations bouleversantes, même de gens inattendus, aussi j'y vais en appétit.

L'autre découverte, due à l'année Rameau (et encore à Niquet, que ferions-nous sans lui ?), sera un inédit, Les Festes de l'Hymen et de l'Amour (titre originel : Les Dieux de l'Egypte), un opéra-ballet héroïque à entrées - donc avec un livret forcément embryonnaire, même si Cahusac n'est pas un mauvais bougre. Je m'avoue beaucoup moins enthousiaste, ne goûtant pas le genre les livrets-prétextes, mais la scène d'engloutissement des pyramides est paraît-il particulièrement marquante. [J'ai dû mal à m'imaginer que cela apporte tellement une nouveauté fondamentale vis-à-vis de la Tempête d'Alcyone ou de l'éruption des Indes Galantes, mais je n'ai pas lu la partition, donc je ne peux pas dire.]

Opéras rares

1. Je ne reviens pas de n'avoir jamais précisément évoqué Les Danaïdes de Salieri, et j'ai prévu d'y revenir prochainement, mais l'oeuvre constitue clairement un des sommets de la tragédie réformée, très supérieure à la plupart des Gluck - à placer aux côtés d'Iphigénie en Tauride, d'Andromaque de Grétry, de Thésée de Gossec. Sa frénésie dramatique pousse à l'extrême les préceptes de Gluck, et en abandonne largement la pose immobile, même si le style hiératique du récitatif et de l'harmonie (quoique plus varié) demeure identique.

Un chef-d'oeuvre d'une intensité dramatique et musicale extrême, qu'il est heureux de pouvoir entendre dans de bonnes conditions, même s'il faut s'attendre à quelques alanguissements peu nécessaires, chez Rousset.

Distribution de feu, comme tout ce qui est programmé par le CMBV et Bru Zane, mais tout particulièrement ce soir-là : Wanroij, Velletaz, Talbot, Christoyannis, Dolié. On ne devrait pas s'ennuyer.

2. En version scénique, nous aurons Tancrède de Campra, comme je l'annonçais en février dernier. Olivier Schneebeli y dirigera ses Chantres et l'orchestre Les Temps Présents. C'est un grand succès d'époque qui fait son retour. Le metteur en scène, Vincent Tavernier, est un habitué des projets baroques ; il a beaucoup travaillé avec L'Eventail, a mis en scène La fausse Magie de Grétry pour les Paladins, ou encore Monsieur de Pourceaugnac avec la musique de Lully.
Côté chant, c'est un peu moins superlatif, mais devrait se laisser écouter : Arnould, Druet, Santon, Buet, Martin-Bonnet et même Sophie Favier dans de petits rôles - déjà admirée au Château en Clorinde.

Je ne résiste pas au plaisir de citer cette présentation de Chateaudeversailles-Spectacles.fr :

André Campra est incontestablement le plus grand compositeur d’opéra entre Lully et Rameau

Ben voyons. Et bien sûr, on a tout joué de Desmarest, La Coste, Destouches, Gervais ou Bertin de La Doué...

Pour ne rien arranger, je ne suis absolument pas d'accord, même en se limitant à ce qu'on connaît, pour dire que Campra serait objectivement supérieur à Desmarest ou Destouches. Et subjectivement, il est à mon gré le bon dernier du trio.

Dommage (et paradoxal) de voir la rhétorique du guide touristique parasiter la présentation des travaux du CMBV.

3. Persée de Lully, hors saison CMBV, sera donné dans la mise en scène de Marshall Pinkosky, déjà parue au DVD, et avec l'orchestre Tafelmusik de Toronto. Mais la distribution sera très différentes (des anglophones encore plus obscurs que la première fois). Mise en scène ingénieuse pour contourner les limitations de budget, mais qui risque de sembler étrange à Versailles.

Concerts

On aura les Requiem de Gossec et du Caurroy, quantité de concerts Rameau, dont des arrangements opératiques pour clavecins prometteurs (Weiss seul, puis Hantaï-Sempé en duo - ils excellent tous deux dans l'exercice), et des cantates (une série par Vidal, une série par Marzorati).

Le plus attirant reste le concert du Poème Harmonique (avec Sylvia Abramowitz à la viole) : le superbe Miserere de Clérambault pour trois voix de femme (Bennani / Lefilliâtre / Druet), et les Leçons de Ténèbres de Couperin. (Et le plaisir renouvelé, après cette saison où elle a été plusieurs fois sollicitée par les grands, de voir Hasnaa Bennani tenir des solos dans une soirée versaillaise plein tarif, deux ans après avoir quitté le CRR de Paris !)
Je ne suis pas sûr que Dumestre soit du meilleur goût ici, mais j'ai très envie d'essayer en tout cas !

Les Prix

Pour info, pour entendre Kaufmann dans le même programme que partout dans le monde, il en coûte entre 90€€€€€ (dernière catégorie !) et 350€€ ; et il n'y chante que les Lieder eines fahrenden Gesellen, qui durent moins d'un quart d'heure. Je me demande quel effet cela peut faire, lorsqu'on est artiste, de finir dans une niche dorée, comme Bartoli - qui finit par ne plus passer qu'à Versailles pour son album annuel, avec des places de 90€ à 495€. Ne plus jouer que pour les riches - qui, souvent, ayant des responsabilités financières importantes, ne sont pas forcément les gens qui ont le plus le temps d'être éclairés en musique.
Ca me laisse particulièrement rêveur pour Abbado, jadis adhérent du Parti Communiste italien, qui allait jouer avec Pollini et Nono dans les usines... et qui aujourd'hui accepte de se produire à des prix majorés qui rendent ses concerts inaccessibles à beaucoup de mélomanes (alors qu'au prix normal, vu le remplissage, c'est déjà une bonne affaire pour les salles).

De ce point de vue-là, ces artistes ne me sont plus très sympathiques, s'enfermant dans une rareté un peu paresseuse - Bartoli innove à chaque fois (avec beaucoup d'éclat !), mais reprend pendant un an le même programme partout ; Abbado ne joue plus que quelques oeuvres de Mozart, Beethoven et Mahler (certes, pour raisons de santé, mais quelle aspiration au dépassement...) ; Kaufmann, lui, continue imperturbable d'enchaîner les prises de rôles risquées, les partitions écrasantes, les cycles de lieder exigeants (même si de ce côté, son programme de récital se renouvelle très peu), et de les jouer dans de vrais théâtres ouverts à tous. Il a l'air d'un garçon assez subtil, il faut espérer que le système ne le dévore pas tout cru en en faisant à son tour un produit hors sol, n'existant que par ses récitals Universal.

Entendons-nous bien : je suis très content que cela existe, si on peut remplir entièrement des salles à des prix prohibitifs, c'est autant de fait pour le financement (partiel) de cette danseuse de la vie culturelle qu'est la musique classique, qui capte énormément de subventions pour peu de public. Et comme mes priorités font que je n'aurais généralement pas l'intention d'aller voir ces concerts-là, même bradés, je ne me sens pas lésé. Mais je m'interroge sur le ressenti de ces artistes : une fois adulés, ils acceptent cela ? Ils ne regardent jamais le prix de places ? La majoration est-elle le résultat mécanique de leurs cachets délirants ?

Là où le phénomène est dommageable, c'est que même si l'on peut trouver sensiblement la même chose à petit prix (les symphonies du répertoire par Colonne ou Pasdeloup, ça reste très valable, et on peut même avoir l'Orchestre de Paris ou le Philharmonique de Radio-France pour pas très cher non plus !), le public occasionnel ou néophyte est rassuré par quelques noms qu'il connaît, et lorsqu'il regarde les tarifs de ces soirées, cela a plutôt tendance à l'éloigner... On se dit que la musique classique est comme tenir un haras ou créer un golf : un loisir qui nécessite une rente.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2244

Commentaires

1. Le lundi 27 mai 2013 à , par Jérémie

"André Campra est incontestablement le plus grand compositeur d’opéra entre Lully et Rameau"

Tu es dur de critiquer Versailles spectacles là dessus : ils ont l'audace de programmer du Campra, un compositeur complètement inconnu de la part de la très grande majorité du public, et il faut bien qu'ils le placent dans la tête des gens avec une formulation frappante.

Car le travail de revalorisation du patrimoine passe quand même par deux étapes :
-- programmer des oeuvres de compositeurs oubliés
-- en faire correctement la promotion

car il ne s'agit pas de faire du Campra, Destouches ou Laborde dans des salles vides.

Un peu d'indulgence donc fasse à un site qui s'adresse avant tout à des parisiens qui ont peu de raisons de vouloir s'aventurer en dehors de Paris, et qui ne va certaine pas faire de l'audience s'il dit "Campra, un compositeur pas trop mauvais, mais pas trop bon, qu'on peut classer quelque part dans la troisième école de musique français baroque, qui s'inspire de la lignée de Lully, avec une italienisation plus assumée, mais sans doute que nous aurions dû examiner plutôt du Destouches, donc non, finalement ne venez pas et attendez la saison 2015 où il y aura Semiramis."

Et puis sinon, on peut supposer que le CMBV s'appuie aussi sur la vérité évolutionnaire : ce n'est pas toujours le cas que les compositeurs dont on a le plus parlé dans les chroniques, dont les partitions ont été le mieux conservées (en général car le plus disséminées, donc le plus populaire), sont les meilleurs... mais il y a une corrélation non négligeable.

2. Le lundi 27 mai 2013 à , par David Le Marrec

Ce qui me chiffonne est que travaillant étroitement avec le CMBV, ils auraient pu faire une notice tout aussi élogieuse et un peu moins schématique ou un brin plus érudite. "Incontestablement le plus grand", j'ai l'impression de lire une notice d'Andrea Bocelli qui chante la dernière cantate de Jean-Michel Jarre.

A quand :

LULLY, c'est PUISSANT !

... ?


Faire la promotion correctement, c'est aussi tenir compte de son public. Il est vrai que Château de Versailles Spectacles s'adresse à une clientèle largement touristique, plutôt fortunée (ou disposée à faire des dépenses d'exception), et pas forcément au public du seul CMBV. Mais quand même, ils nous vendent de l'authenticité, ils pourraient faire un effort pour nous proposer des notices de plus de deux lignes, et qui ne soient pas un concentré de poncifs non seulement plats et rebattus mais faux.
Ils pourraient mettre en valeur la dimension chevaleresque et épique (le Tasse, Roméo & Juliette à la croisade... !), le caractère d'exception.

C'était cela dit juste une remarque de pure forme, je me moque bien de ce qu'ils mettent sur leur site tant qu'ils jouent Grétry, Gossec, Dietsch, Campra, David ou Destouches !


Tu classes Campra parmi le troisième courant (d'opéra, je suppose, parce que pour la musique sacrée, je trouve difficile de tracer des limites). Quel est le premier ? Cambert tout seul ? Ou tu le mets au delà de Desmarest et Destouches (auquel cas je ne suis pas d'accord) ?

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« mai 2013 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031