Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


[Sélection lutins] Dix disques de piano


Question posée : dix disques représentant des sommets de l'interprétation pianistique, ou en tout cas des aboutissements notables. Comme la réponse peut être un peu plus originale que les rayons de la FNAC, j'ai eu la fantaisie d'y répondre.

Tentative de sélection de dix disques majeurs pour moi, à la fois des oeuvres majeures et des exécutions particulièrement marquantes.

Bach - Suites Anglaises - Murray Perahia (CBS)
=> Lecture à la fois méditative et sensible aux inégalités et à la danse, une gravure légendaire à juste titre.

Rameau - Suite en sol et Suites en la - Alexandre Tharaud (HM)
=> Tharaud réinvente le toucher du clavecin sur un piano : de vrais trilles progressifs et organiques, une inégalité subtile, de la danse et de l'espièglerie partout. Absolument fascinant - ce qu'il fait est en principe techniquement impossible sur un piano.
La Suite d'hommage à Rameau (par Mantovani pour l'allemande, Connesson pour la courante, Pécou pour la sarabande, Campo pour les Trois Mains, Maratka pour la Triomphante et Escaich pour la gavotte) intercalée entre les mouvements de la seconde suite en la, et donnée seulement en concert, était également fascinante.

Bruckner - Adagio en ut dièse mineur - Fumiko Shiraga (BIS)
=> La réduction du mouvement lent de la Septième Symphonie, par Bruckner lui-même. Shiraga obtient des colorations incroyables, recréant l'orchestre de façon crédible au piano - là aussi, c'est en théorie inaccessible.

Debussy - Intégrale - François-Joël Thiollier (Naxos)
=> Parmi l'immensité de versions remarquables de Debussy, Thiollier se dégage à la fois comme l'une des plus inspirées et des plus singulières. Beaucoup de pédale, mais avec un grand niveau de détail et de phrasé dans ce brouillard assumé.

Koechlin - Les Heures Persanes - Herbert Henck (Wergo)
=> A oeuvre poétique, lecture poétique. La prise de son assure en outre une très grande profondeur des graves, remarquablement enveloppante.

Tournemire - Préludes-Poèmes - Georges Delvallée (Accord)
=> Parmi les oeuvres les plus virtuoses jamais écrites pour piano, mais avec un pouvoir d'évocation exceptionnel. Delvallée, plus célèbre comme organiste, émerveille par sa maîtrise olympienne, avec un son très dense.

Decaux - Clairs de lune - Marc-André Hamelin (Hyperion)
=> Ascétiques (avant la dernière pièce), explorant l'atonalité dès 1900, ces Clairs de lune mystérieux constituent un des corpus les plus fascinants pour l'instrument. Hamelin y ajoute son éloquence propre.

Hahn - Le Rossignol Eperdu - Earl Wild (Ivory Classics)
=> Long ensemble de plus de deux heures, aux atmosphères et aux techniques extrêmement diverses, une sorte de résumé de l'art du piano, dans l'interprétation d'un grand virtuose célèbre dans le "grand répertoire".

Roslavets - 5 Préludes - Tatyana Lazareva (Chandos)
=> Singularité et étrangeté de cette musique rendues évidentes - ce n'est pas une musique qui fonctionne "seule" (elle est même assez décevante à lire, semblant errer "gratuitement"), et Lazareva la sert remarquablement.

Takemitsu - Oeuvres hors reniées - Paul Crossley (CRD)
=> Crossley constitue le sommet de la maîtrise du discours et des textures dans les pièces pourtant invertébrées de Takemitsu (1,2,3,4,5,6,7). Grand moment de poésie. Pour les pièces de prime jeunesse, il faut se tourner vers le disque de Fukuma, le second plus intéressant

Boulez - Notations - David Fray (Virgin)
=> L'une des oeuvres les plus immédiatement belles et intelligibles de Boulez (avec lesquelles il a d'ailleurs signalé sa prise de distance). Les strates de cette musique sont exceptionnellement rendues ici, avec un résultat aussi éloquent et coloré que la version orchestrale.


Je n'ai pas pu ajouter ceux-ci, parce que même s'il s'agit d'excellentes versions d'oeuvres fantastiques, le critère de l'interprétation exceptionnelle n'est pas complètement rempli - en tout cas avec moins de singularité que dans les cas précédents.

Sibelius - Op.58 et autres - Gimes (Naxos)
Schmitt - Crépuscules et Ombres - Wagschal (Saphir)
Barber - Sonate - Pollack (Naxos)
Album The Ocean that has no West and no East : Webern, Wolpe, Messiaen, Takemitsu, Knussen, Lieberson et Wuorinen - Peter Serkin (Koch)
(J'aurais volontiers mentionné les Etudes de Ligeti, mais je n'ai écouté qu'Idil Biret en intégralité... et je ne développerai pas ici mon opinion sur son style pianistique.)


Et puis s'il faut compléter par d'autres grands disques de piano sur des répertoires moins essentiels :

Beethoven - Dernières Sonates - P. Serkin (Musical Concepts)
Chopin - Nocturnes - Ohlsson (EMI)
Chopin - Ballades - Vásáry (DG)
Brahms - Pièces tardives - Katchen (Decca)
Pierné - Variations, Passacaille - Wagschal (Timpani)
Ravel - Miroirs - Bavouzet (MDG)


Enfin, quelques disques où le piano n'est pas seul, mais où le pianiste a volé la vedette :

Schubert - Die Schöne Müllerin - Gothóni (Ondine, pas BIS)
Schubert - Die Schöne Müllerin - Deutsch (Decca)
Schubert - Die Winterreise - Richter (Philips)
Chopin - Concertos pour piano - Zimerman (DG)
Liszt - Via Crucis - De Leeuw (Philips)
Mendelssohn-Schumann-Reger - Lieder en duo - Deutsch (Capriccio)
Fanny Mendelssohn-Clara Wieck-Alma Schindler - Pöntinen (BIS)

--

On peut aussi se reporter à notre sélection d'oeuvres autour du piano solo.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2182

Commentaires

1. Le lundi 27 mai 2013 à , par Dégremont

Bonjour,

Attaché de presse pour le tout jeune label Ohwurm (qui compte se spécialiser dans la musique iranienne contemporaine), je suis tombé sur votre site que je trouve tout à fait remarquable. J'ai donc pensé à vous envoyer par voie numérique "Persian Sketches", le premier disque du pianiste Arshid Azarine, qui réunit son héritage world iranien et son goût pour le jazz et les mélodies occidentales. Si vous souhaitez l'écouter et pourquoi pas le chroniquer, je me me ferais une joie de vous l'envoyer, avec le communiqué de presse, donc n'hésitez pas à me faire un petit signe via mail.
Voici le lien du premier extrait clippé : http://www.youtube.com/watch?v=k_6QihQVEL4.

Bien cordialement,

Vincent Dégremont
Label Ohrwurm
vincentchezmelmax@gmail.com
01 44 53 06 07

2. Le mercredi 29 mai 2013 à , par François

Pffff ! Et qu'est ce que je fais de toute ma collec Martha Argerich maintenant ?

Cela fait un bon moment maintenant que je ne parviens pas à cesser d'écouter les Etudes pour piano de Ligeti par Pierrre-Laurent Aimard, j'aime vraiment bien cet enregistrement, sans savoir sa cote chez les lutins. Sans doute basse, mais c'est un bon disque de piano.

3. Le jeudi 30 mai 2013 à , par David Le Marrec

Comme si j'allais dire du mal de Martha ! C'est évidemment plus orienté grand répertoire, et dans un style international (néanmoins délicieux), mais j'aime beaucoup quand même.

Perdu. Les Etudes de Ligeti sont non seulement un monument objectif de la musique pour piano du XXe, mais en plus je les aime beaucoup. Beaucoup de variété et d'esprit, ce n'est pas du tout un catalogue technique ou une écriture étrange pour le plaisir de faire profond. Ca s'écoute bien, et en plus ça peut même se jouer par des amateurs ! Pas comme les machins pour piano-préparé-scordatura, à jouer avec le nez et les doigts de pieds, à 257 à la ronde.
Je ne suis pas fanatique d'Aimard, mais considérant que j'ai commencé dans ces pages avec Idil Biret, Aimard me paraît déjà proche du luxe !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(15/6/2016)

Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2013 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031