Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Charpentier et Blamont par l'ensemble Les Ombres


Tiré du fil de la saison :

Soirée 19: Charpentier et Blamont par l'ensemble Les Ombres

(Dimanche 9 décembre 2012.)

En clôture du festival Paris Baroque (1,2,3), l'ensemble de Margaux Blanchard et Sylvain Sartre proposait un programme rare et stimulant. Pour Charpentier, il culminait avec le Magnificat H.73 (1,2,3), chef-d'oeuvre de la musique sacrée ; quant à Blamont, le Te Deum inédit de 1734 résonnait comme un coup de tonnerre : tuilages spectaculaires, goût des notes tenues au chant (sur fond de progression musicale) qui annonce Rameau, variété sans cesse renouvelée des sections, inspiration mélodique au plus haut niveau pendant trente minutes, innovations d'orchestration (j'étais persuadé que ces sonneries de trombones n'apparaissaient qu'avec la génération Gluck, quarante ans plus tard !)... une révélation.

Ensemble instrumental manifestement rompu à l'expression plus mesurée d'oeuvres plus intimistes, mais malgré une forme de réserve (en particulier, ce rubato mélodique qui rend la pulsation moins irrésistible) et des timbres qui paraissent, à distance, d'un éclat moindre que les grands ensembles célèbres, l'exécution se montre très valeureuse (avec tout le courage qu'il faut pour s'occuper d'un grand motet réclamant de tels effectifs !).

Excellents solistes, en particulier Mélodie Ruvio (ça y est, après des expériences de plus en plus positives, je suis conquis, de la chair sans empâtement... les parties de bas-dessus étaient sonores et nettes !) et Jean-François Lombard (haute-contre dont le registre de tête est d'une fluidité et d'une assurance exemplaires). Deux chanteurs sans doute plus adéquats dans le domaine sacré que dans la déclamation profane, à mon sens : parfaits ici.

En revanche, il faut absolument revoir les lieux pour la prochaine édition du festival : contrairement à Saint-Sulpice, on entendait à Saint-Etienne-du-Mont, mais de façon très lointaine. Et on y voyait très mal, faute de surélévation suffisante des artistes.

Dommage, vu la programmation (oeuvres et artistes) formidable pendant ces quelques semaines.

Retrouver le fil de la saison.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2157

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(18/10/2012)

Chapitres

Calendrier

« décembre 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31