Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

[Sélection lutins] Les plus beaux quatuors pour piano et cordes


La forme rassemble manifestement moins d'adeptes que les trios ou les quintettes, et elle est en effet plus délicate à maîtriser : alors que le trio est une forme assez élancée (violon mélodique et violoncelle pour asseoir la basse ou pour dialoguée), et que le quintette permet de faire dialoguer ou de compléter le quatuor à cordes avec un piano, le quatuor avec piano est une forme très dense, qui peut paraître un peu lourde du point de vue de l'équilibre sonore, avec un milieu harmonique très rempli.

Pourtant, on y trouve des merveilles, peut-être encore davantage que pour les quintettes. Quelques propositions.


Comme précédemment pour les autres listes, il s'agit purement de mon goût personnel, et en rien d'une liste exhaustive des chefs-d'oeuvre du genre. Tout au plus une invitation à la découverte.

Les astérisques indiquent des oeuvres particulièrement enthousiasmantes.

Mozart 1,2
Mendelssohn 1,*2,*3
Schumann *Op.47
Saint-Saëns Op.41
Dubois la mineur
Castillon *Op.7
Brahms *2,*3
Dvořák 2
Herzogenberg *Op.75, Op.95
Fauré *1,2
Indy Op.7
Chausson *Op.30
Taneïev *Op.20
Mahler la mineur
Lekeu si mineur
Suk Op.1
Hahn 3
Schmitt Hasards


Outre le triomphe des grands standards (Schumann, Fauré, Chausson, Mahler, Lekeu) ou des compositeurs célèbres (Mozart, Mendelssohn, Brahms, Dvořák), on pourra remarquer que :

  • Le quatuor le plus joué de Brahms, le premier, est également le moins inspiré de mon point de vue - on y entend, précisément, les pesanteurs de l'instrumentarium et une forme d'indécision sur la nature de l'équilibre à apporter. De surcroît thématiquement très en deçà des deux autres.
  • Certains compositeurs inattendus réellement renversants : Castillon dans un genre optimiste, peut-être un goût de salon, mais rien de plat ni laborieux ; Herzogenberg et Taneïev dans une veine bien plus passionnée, chacun dans son idiome propre (typiquement nationale, en l'occurrence).
  • De belles surprises, comme le Troisième de Hahn, pas forcément espéré à son sommet dans ce domaine - du moins pour ceux qui ne sont pas familiers de sa musique pour piano.
  • Ceux de Kirchner (Theodor), Widor, Strauss (Richard), Juon, Novák ou Martinů sont tout à fait dignes d'intérêt, mais ne méritent peut-être pas la mention dans une sélection conçue pour inviter à la découverte de sommets.


Toutes questions sur les oeuvres, toutes suggestions de découvertes sont bien sûr bienvenues !


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2140

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Calendrier

« novembre 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930