Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Schubert-lieder.com


Un tout nouveau carnet (en anglais), ouvert il y a une semaine (au moment où je rédige cette notule, que je publierai plus tard). Et qui, à l'observation, a l'air assez stimulant sur la question de la discographie des lieder de Schubert : http://www.schubert-lieder.com .

Je n'en partage pas forcément les goûts, mais le ton à la fois pondéré et passionné des présentations me séduit beaucoup.

J'en profite, manière de ne pas faire une notule "blanche", pour préciser quelques points de convergence et divergence :

--

http://www.schubert-lieder.com/book-review-the-schubert-song-companion-by-john-reed

J'acquiesce en tout point à cette recension du Schubert Song Companion de John Reed :

très belle description (avec traduction anglaise des poèmes), lied à lied, du corpus de Schubert, à laquelle il ne manque qu'une présentation un peu systématisée des types de lieder, une version plus développée de ce que j'esquissais dans la série d'introduction au genre lied.

Le contenu de chaque commentaire n'est pas aussi fin que les notices de Graham Johnson, mais le coût (et le caractère pratique) d'un ouvrage tel que celui-ci n'est pas comparable avec l'achat un à un de tous les volumes de l'intégrale Hyperion (puisque ces textes ne sont pas repris dans le coffret de l'intégrale, où ne figurent que les poèmes et une introduction générale de Johnson) !

En revanche, pour sa mention "plus grands chanteurs de lied de l'époque", il faudrait peut-être ajouter "britanniques", parce qu'il en manque beaucoup d'autres de l'époque, tandis que des chanteurs britanniques moins illustres ou moins spécialistes sont présents. Leur école de chant ayant toujours excellé dans ce répertoire, ce n'est pas un problème en soi, mais la précision mérite d'être apportée.

Enfin, pour son tropisme personnel pour le coffret Fischer-Dieskau, je ne peux que redire ce que j'ai déjà écrit ici : "intégrale" très incomplète, lieder transposés (parfois gênant, comme pour Joseph von Spaun), voix asséchée, nasale et agressive, sentiment de déchiffrage, tendance à la surinterprétation, prise de son ingrate, Moore presque absent. Clairement un témoignage dans le creux de la carrière de DFD, qui ne lui rend pas justice et qui n'est pas très palpitant. Sans parler de la lassitude d'entendre toujours ce même timbre.

--

http://www.schubert-lieder.com/why-are-there-so-few-complete-sets-of-schuberts-lieder

Une mention de l'intégrale Eisenlohr / Naxos que je viens de présenter disque par disque. L'auteur ne l'a pas encore écoutée, mais pose des questions de principe intéressantes sur les intégrales de lieder schubertiens, et précise plus exactement que je ne l'avais fait le contenu physique du coffret.

--

http://www.schubert-lieder.com/dvd-review-hermann-prey-the-schubert-song-cycles

Je ne peux évidemment pas acquiescer à cette notule sur Hermann Prey, un chanteur que je n'aime pas, et surtout pas dans le lied. Je suis en réalité très interrogatif : je l'aimais bien à mes tout débuts dans d'autres répertoires, lorsque je n'avais aucune notion de technique vocale et que l'engorgement ou le forçage me donnaient une impression d'intensité. Mais qu'il plaise à tant d'amateurs de lied, souvent des amateurs éclairés de voix, me paraît un immense mystère : la voix était peut-être sonore (on n'entend pas bien s'il a des harmoniques faciales au disque), mais ce qu'on entend est tout de même un terrible engorgement, qui essaie d'épaissir une voix pas particulièrement sombre ou grave... et noie tous les phrasés et les mots dans une sorte de soupe grumeleuse que je ne goûte qu'assez peu. J'ai beau avoir essayé deux Winterreise, une Meunière, un Chant du cygne, diverses choses dépareillées... je trouve ça à chaque fois assez désagréable, tant la voix semble bloquée et trafiquée, tant l'expression semble se reposer tout entière sur un timbre qu'on est supposé trouver beau.

Pour dire tout à fait honnête mon sentiment et situer l'ampleur de mon rejet, je préfèrerais entendre Pavarotti que Prey dans le Winterreise.

Je ne dis pas cela pour le diminuer, il doit sûrement avoir des vertus pour être aimé par nombre d'esthètes. Mais je passe complètement à côté, voilà qui est certain.

--

Bref, un site à suivre (s'il ne se contente pas de recenser des tubes sur YouTube).

[Et il semble d'ailleurs un peu à l'abandon à présent, mais tant pis, la notule étant écrite, je vous indique toujours l'adresse du site...]


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2125

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(15/10/2009)

Chapitres

Calendrier

« novembre 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930