Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


[Sursolscope] Planning de spectacles pour octobre



(Mise à jour du 1er octobre : corrections et ajout des deux récitals de L'Oiseleur des Longchamps.)

En attendant que le Klariscope quitte son doux sommeil, le programme du mois.

Octobre particulièrement riche, comme tous les ans : on est au plus fort de la saison du CMBV, du démarrage sérieux des saisons des différentes scènes... Heureusement, ce qui m'intéresse des pièces de théâtre et du Festival d'Automne (pas trop palpitant cette année) se trouve un peu plus tard.

L'astérique indique une certaine détermination des lutins.

J'en profite pour signaler que j'ai une, peut-être deux places à vendre (30€ l'unité, il n'y a pas de tarif inférieur...) pour Renaud de Sacchini à l'Opéra Royal de Versailles, le 19 octobre.

--

4 - répétition du Cantate Domino de Bernier
Au continuo. Juste pour dire que ce soir-là est déjà pris.

5 - Mélodies de Massenet par L'Oiseleur des Longchamps au Temple de Pentémont
Ces mélodies ne sont pas le meilleur de la production de Massenet (un peu gentilles), mais vu le talent de L'Oiseleur comme chanteur et comme défricheur, je me serais vraiment laissé tenté par ce concert monographique dont je viens de découvrir la tenue. J'hésite à abandonner Szymanowski, qui est finalement un peu moins rare (mais musicalement plus intéressant, il est vrai).

5,6,7,8,9 - La Cité du rêve d'après Kubin, Théâtre de la Ville
En revanche, attention, même la « version courte » donnée le week-end est très longue (quatre heures sans les entractes, comme Peer Gynt). Sans parler des cinq heures (sans les entractes) de la version complète. Il est recommandé d'être dans l'humeur adéquate (et l'endurance physique indispensable), ce soir-là.

*6 - Szymanowski 1, Brahms 1 et le Premier Concerto pour Violon de Szymanowski à Pleyel (Jansen, LSO, Gergiev)
Super concept de la double intégrale, qui va obliger les fans de Brahms à se bouger un peu les oreilles. Bravo. (En plus, la Première Symphonie de Szymanowski est vraiment accessible en plus d'être très belle.)
Le cycle se poursuit le lendemain.

6 - Judith de Charpentier par Schneebeli à Versailles
C'est une œuvre très mineure de Charpentier, en latin ; peu de saillance, aussi bien dans le récitatif que dans les airs, on est loin du Jugement de Salomon, par exemple. Et pourtant, entendue en salle il y a quelques années.
Le plaisir est surtout d'y retrouver l'exactitude stylistique de Schneebeli et la grâce ineffable de Dagmar Šaško.


*8 - Missa Solemnis par Gardiner à Pleyel
Faute d'avoir pu aller entendre Herreweghe, idéal de transparence et d'enthousiasme dans cette œuvre, ce serait l'occasion d'aller un peu se ressourcer, après l'expérience Colin Davis / LSO de la saison passée, pas très convaincante.

9 - Les Fontaines d'Israël de Schein par Herreweghe (Oratoire du Louvre)
Superbe cycle de l'Allemagne pré-bachienne, sans doute interprétée à son meilleur. Etant entre deux autres concerts, je dois malheureusement m'en passer, mais je le recommande.

*10 - Barbe-Bleue de Bartók par von Dohnányi
En réalité, il ne faut pas le dire, mais ce n'est ni Matthias Goerne en Barbe-Bleue (même si ce rôle lui sied bien), ni l'œuvre elle-même (déjà vue en salle) qui motivent mon déplacement. Avouerai-je que je suis avant tout intéressé par la Quatrième Symphonie de Mendelssohn ? La plasticité de l'Orchestre de Paris pourrait faire des merveilles avec le meilleur chef pour ce répertoire. Mais je ne quitterai certainement pas la salle après la symphonie !
Redonné le 11.

11 - répétition du Cantate Domino de Bernier

11 - Julia Fischer dans les Suites de Bach au TCE
Avec un peu d'Ysaÿe aussi. Parmi les interprètes très intéressants de cette musique.

Eu égard à sa Sangaride de Piccinni toute récente (sur laquelle une notule est en cours d'élaboration), je ne me rendrai pas (je n'avais pas le temps, de toute façon...) aux Billettes le 12 pour aller entendre Chantal Santon chanter Lambert.

12,**15, 17, 19, 21 - Médée de Charpentier au TCE
Petite crainte sur Audi, très bon metteur en scène assez ennuyeux dans la tragédie lyrique, mais la partie musicale devrait être très bien. Et pouvoir avoir Médée, un des plus hauts chefs-d'œuvre du genre, est déjà en soi une bénédiction.

13 - répétition pour Le Carnaval et la Folie de Destouches
En haute-contre ; toute la journée. Manière de montrer qu'on ne se tourne pas les pouces pendant que d'autres concerts se déroulent...

*13 - Pleyel, Tristan und Isolde par Chung
Le fameux concert dont, à l'ouverture des guichets h-0, il restait... 0 place disponible. Grand mystère, puisqu'il me semble qu'on ne peut pas s'abonner dans toutes les catégories.
Je suis surtout intéressé par le Tristan de Christian Franz, chanteur aux manières un peu fruste mais dont l'impact, à en juger par les retransmissions, paraît considérable. En tout cas, un véritable tempérament dramatique qui fait souvent défaut aux chanteurs de ce format hochdramatisch. En Tristan un peu pugnace (voire vaguement méchant), ça fait très envie, d'autant que le reste de la distribution est très avenant aussi.

13 - Lully sacré par Hervé Niquet
Comme il faut déjà que j'arrive à l'heure pour le Tristan, il faut bien choisir. Lully n'étant pas

14 - répétition pour Le Carnaval et la Folie de Destouches
cf. supra

18 - répétition du Cantate Domino de Bernier

19 - Renaud ou la Suite d'Armide de Sacchini à Versailles
J'ai déjà dit toutes les limites que je voyais à l'œuvre de Sacchini, en dehors de Chimène, et Renaud ne fait pas exception.
Ce qui faisait surtout envie, c'était la distribution, mais Yann Beuron (qui bûcheronne étrangement ces derniers temps) a été remplacé (par l'excellent Julien Dran), et Judith van Wanroij, que je brûlais de découvrir en vrai, par la sublime Katia Velletaz (que je réentendrais avec gourmandise). Et Marie Kalinine a, sans doute au contact de Niquet, effectué de spectaculaires progrès stylistiques (entre deux Santuzza !) depuis un an, à en juger par sa Cybèle de Piccinni.
Et puis les Chantres versaillais, Jennifer Borghi, Cyrille Dubois, Jean-Sébastien Bou, Edwin Crossley-Mercer... du grand luxe ; cette musique pourra difficilement être mieux servie.

20 - dernier filage du Cantate Domino de Bernier

20 - concert Morales / Zielenski / Bernier / Rameau à Savigny
Si les préparatifs sont satisfaisants, plus amples précisions seront transmises.

20 - Psaumes et Gloria de Mendelssohn, Motets de Bach, Mantovani à la Cité de la Musique
Programme hallucinant et jubilatoire (même si j'aurais plutôt choisi le Magnificat que le Gloria) par Accentus, le meilleur de Bach, des œuvres très inspirées de Mendelssohn et du Mantovani pour couronner le tout !
Un des concerts que j'attendais, mais je suis moi-même en concert ce soir-là pour donner un grand motet inédit, alors...

21 - re-concert Morales / Zielenski / Bernier / Rameau à Paris

**25 - Phaëton de Lully par Rousset à Pleyel
La vidéo de Beaune doit toujours être disponible en ligne, et c'est remarquable.

**27,30 - Der Ferne Klang de Schreker à l'Opéra du Rhin
L'autre chef-d'oeuvre dramatique de Schreker, qui annonce les expérimentations du siècle à venir. Tout est réuni pour convaincre, une belle distribution de spécialistes, la direction enthousiaste de Marko Letonja (admirable dans Weingartner), la mise en scène de Braunschweig qui devrait parfaitement correspondre à cet univers. Tout cela sent l'exception.

27 - Cycle de mélodies de Patrick Loiseleur au CRR de Paris
Par L'Oiseleur des Longchamps. On peut entendre là, en fouillant dans les archives, quelques belles mélodies de Patrick Loiseleur (et le lire par la même occasion, une excellente fréquentation). Comme il n'est pas certain que je sois à Strasbourg précisément à cette date, j'espère pouvoir m'y rendre.

28 - Stéphanie d'Oustrac en Cléopâtre de Berlioz, Ouverture de Médée de Cherubini et Roméo et Juliette (le poème symphonique) de Tchaïkovski à Pleyel
Avec l'ONDIF.

*30 - Fidelio au théâtre des Champs-Elysées
L'un des meilleurs rôles de Meier, et même si Kaufmann n'est pas tout à fait dans le même cas, voilà qui fait un beau coupe. Si j'arrive à avoir une place bien sûr, parce dès qu'on programme un tube avec des stars du disque (et de vrais chanteurs exceptionnels, en plus), il faut faire la queue.
Finalement, je suis très content d'aller écouter du lied décadent dans les chapelles...

*30, 31 et suivants - Les Estivants de Gorki au Théâtre de la Bastille
Dans le cadre du Festival d'Automne, par une troupe allemande auto-mise en scène.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2086

Commentaires

1. Le dimanche 30 septembre 2012 à , par Joël :: site

Le concert LSO/Gergiev/Jansen est aussi inscrit au Joël'scope ! Je serais bien allé à quelques autres de ta liste, mais je vais essayer d'être raisonnable...

2. Le dimanche 30 septembre 2012 à , par David Le Marrec

Le Riouscope est-il lisible quelque part ? Je ne l'ai pas vu. :(

3. Le lundi 1 octobre 2012 à , par Xavier

Bonsoir David,
Petite erreur pour le programme du 28: c'est Roméo et Juliette de Tchaïkovsky et l'ouverture de Médée de Cherubini.

4. Le lundi 1 octobre 2012 à , par Jérémie

Quelle idée d'acheter des billets à l'avance !!! :-)

Pour Renaud, effectivement, j'y serais allé (et comme tu sais j'avais fermement l'intention d'y aller), mais ce que j'ai entendu de Marie Kalinine (en tant que Cybèle chez Piccinni, pas Sacchini, dont on attend encore ta notule, mais sans doute es-tu trop occupé à assommer tes spectateurs futurs avec une note de programme en plomb ^^) me donne envie de l'éviter fermement à jamais.

Si ça avait Véronique Gens, j'y serais allé même avec mes doutes grandissants... Mais écouter Kalinine ? Dans le rôle d'Armide dont on peut penser qu'il est omniprésent ? Non merci.

Bon, pour être parfaitement honnête, je pense que Kalinine est mon bouc émissaire, parce que cette soirée Atys de Piccinni a été véritablement traumatisante. Pour moi, Piccinni avec le poème de Quinault, c'est comme si en rénovant un appartement, des peintres en bâtiments avaient découverts une cache secrète avec un manuscrit inestimable (un opéra perdu de Cavalli, les leçons de ténèbres du jeudi de François Couperin, le troisième livre de pièces pour clavecin de Froberger, etc.) et avait décidé que ça donnerait une texture chouette en papier peint recouvert d'une couche de peinture blanche.

C'est ça que j'ai subi l'autre soir !!!!

5. Le lundi 1 octobre 2012 à , par klari :: site

"Riouscope" ? "Sursolscope" ?

Eh ben, ça va, les scopains !

6. Le lundi 1 octobre 2012 à , par Chris

Le Fidelio du TCE me semble alléchant !
Dire que je ne l'avais pas vu... J'essaierai d'en être ; la queue à 5€ est-elle rude (par rapport à celle de Bastille) ?

J'ai déjà mes places pour Mendelssohn/Le Château de BB et pour Phaëton !

7. Le lundi 1 octobre 2012 à , par Jérémie

L'arroseur arrosé, klari ? :-)

Pariscope demande encore des dommages et intérêts...

8. Le lundi 1 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Salut à tous !


@ Xavier : Merci, en recopiant je me disais que je n'avais jamais entendu cette ouverture (alors que je suis extrêmement friand de Tchaïkovski), et qu'il s'agissait d'un sujet assez atypique chez les romantiques. Cela dit, l'Ouverture de Médée est une très belle chose, contrairement au reste de l'opéra qui n'est pas mauvais dramatiquement, mais d'une platitude musicale extrême.


@ Chris : Alléchant est une litote, en plus l'Opéra de Munich doit officier (emmenant même les choeurs !).
La queue à 5€ ? Je n'ai testé que pour la Meunière de Kaufmann (où les resquilleurs, c'est-à-dire le tiers des gens présents, ont rendu impossible l'accès au guichet). Il suffisait de ne pas arriver trop à l'avance, mais c'était du lied. Là, les fans de Kaufmann + les fans de Meier + les fans de Beethoven + les amateurs de tubes bien chantés, je crains que ça ne fasse beaucoup de monde.
Effectivement, vu la quantité de gens présents, je crois qu'il serait même plus judicieux, pour moi, de ne pas me déplacer. Dès l'ouverture des réservations il ne restait plus de place abordable, de toute façon.

Donc je ne peux pas estimer, et comme le TCE est rarement plein, il est possible que la queue ne soit pas si longue ; en revanche vu l'organisation, elle risque d'être nerveusement pénible.

Félicitations pour les deux autres choix !


@ Jérémie : Oui, effectivement, lapsus, Piccinni c'est mieux sans comparaison. Quant à ma notule, si tu es pressé, tu peux me l'écrire ; mais notez pour votre gouverne, Monsieur, que j'y ai déjà consacré plusieurs heures ces derniers jours. En l'occurrence, je suis allé lire la partition, et je me suis aperçu d'un certains nombre de bidouillages lors de cette soirée, très habiles, mais qui faussent le jugement sur l'utilisation de Quinault par Marmontel. J'ai pris le temps d'en faire la liste dans un joli tableau et de les commenter.
Mais si vous voulez un machin bâclé à coups de poncifs grandiloquents, je peux le faire pour ce soir. :)
[small]Non mais.[/small]

Les extraits de Renaud que j'avais entendus avec Marie Kalinine étaient en effet perfectibles stylistiquement, mais ce Piccinni laissait voir un grand mûrissement quant au style. C'est encore un peu opaque, mais désormais, je trouve ça plutôt bien, et on peut espérer encore mieux pour un rôle qu'elle a déjà travaillé.

Quant au Pariscope, n'inversons pas les rôles, ce sévère vestige profite de la notoriété du roboratif Klariscope.


@ Klari : Tu as peur que nos dénominations se télescopent ?

9. Le lundi 1 octobre 2012 à , par Guillaume

Finalement, pour ma part, eu égard à la rareté de l'oeuvre, je me suis décidé pour le Schreker, il restait encore des places, j'y vais le 9 novembre (à Mulhouse dans la salle de la Filature - je ne sais pas comment sera l'acoustique)... mais tu vas voir que l'opéra de Strasbourg est une salle vraiment magnifique avec une acoustique et une ambiance générale très très bonnes. Il reste encore des places bon marché pour toutes les dates.

Je partage tes craintes sur Pierre Audi dans Médée, on verra, mais j'ai surtout peur de la scénographie de Jonathan Meese, qui est un type vaguement artiste contemporain dans le style "jeu avec les svastikas". Ahem... et dire que c'est lui qui met en scène Parsifal en 2016 à Bayreuth.

10. Le lundi 1 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Bonsoir Guillaume !

... il reste encore beaucoup de places, en fait, même le week-end. :( Allez programmer des raretés, mandater un des plus éminents metteurs en scène en activité, une distribution de spécialistes... pour ne pas remplir. Et éventuellement rebuter une partie des abonnés. Ca tient vraiment de l'acte de foi.

Pierre Audi, que j'avais beaucoup aimé dans le Ring et bien aimé dans La Juive, semble totalement étranger à l'économie dramatique de la tragédie en musique. Alors, que ce soit dans Castor ou dans Zoroastre, on dirait qu'il cherche à ne gêner personne, à se faire discret... tellement discret que la structure de l'oeuvre elle-même devient difficilement sensible ! Je doute de retrouver le frisson de Carsen / Gallotta pour Armide - en revanche l'oeuvre est encore supérieure, je crois... on verra bien.

En tout cas, très beau début de saison pour la tragédie lyrique : de Pyrrhus de Royer et Atys de Piccinni étaient des réussites patentes, et ensuite (je passe sous silence le Sacchini, en plus avec une distribution changée) Thésée de Gossec attendu depuis si longtemps...

Pour Meese, j'ai effectivement reçu une invitation du TCE qui présentait un plasticien se voulant un peu iconoclaste, mais les extraits mis en ligne par le théâtre ne vont pas du tout dans le sens de la subversion. En fait, je crains plutôt l'inverse : autant, pour Médée, on peut faire moche et de mauvais goût, autant il y a à redouter de l'édulcoration. Entendre Michèle Losier expliquer comment Audi lui impose de mettre de la fragilité et de l'hésitation dans le personnage me laisse dubitative sur la réussite dramatique du résultat ; s'il y a bien un sujet où la démesure se défend !

Cela dit, je suis certain que l'oeuvre est assez robuste pour supporter à peu près n'importe quoi, a fortiori si les musiciens (et déclamateurs) sont à la hauteur.

11. Le lundi 1 octobre 2012 à , par Joël :: site

Le Riouscope est-il lisible quelque part ? Je ne l'ai pas vu. :(
Bon ok, il est là : http://jriou.org/blog/00851.html.

12. Le lundi 1 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Eh bien voilà, il suffisait de réclamer, en fait !

Merci !

13. Le mardi 2 octobre 2012 à , par klari :: site

@Jérémie. Ah, gausse-toi. Passe-moi une serviette que je m'essore, puis je retourne dormir.

@David : ayéééééééééééé, c'est fait ! (peuh, klariscope se prononce tellement plus facilement que sursolscope - on dirait un engin médical terrifiant. hinhinhin)

@Joël, Guillaume : coucou !

14. Le mardi 2 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Mais mon intention n'était nullement d'être opérant et substitutif : ce nom ridicule rend implicitement tribut au caractère inatteignable de son modèle.

[Au passage, c'est [i]mon Guillaume, pas le tien, je ne crois pas qu'il ait souvent posté chez toi.]

15. Le samedi 20 octobre 2012 à , par Marie K

Vous avez dit un truc gentil sur mon travail, je n'en reviens pas...
Merci de remarquer mes petits progrès. Je travaille d'arrache pied pour améliorer ce qu'il y a à améliorer. C'est difficile, n'ayant pas du tout de formation en musique ancienne. On peut dire que j'apprends "sur le tas"... Les rôles de méchantes hurlantes ne sont également pas les supports les plus indiqués pour apprendre la souplesse et les demi-teintes, mais en tout cas, je m'efforce de faire avancer les choses, malgré la voix qui n'est pas toujours d'une souplesse exemplaire. J'espère vous avoir écorché les oreilles au minimum hier soir...
Et pour Jérémie: désolée de vous avoir tant déplu... Pouvez-vous affiner votre critique ? Que je sache au moins ce qui vous a traumatisé ? Cela m'aiderait à savoir sur quoi axer mon travail. Merci de votre collaboration artistique, j'en ai besoin !

16. Le samedi 20 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Bonjour Marie,

Flûte, vous avez donc lu mon précédent commentaire sur Sacchini... J'espérais bien que vous n'auriez pas cette possibilité malgré votre forte présence en ligne, mais il faut dire que les recensions sur ce type de concert étant peu fréquentes, les probabilités étaient assez fermes...
Vous êtes bien courageuse de faire des revues de Toile, vu la liberté de ton peu amène (et souvent à l'emporte-pièce) qui y règne. Et d'y réagir avec tant de mesure.

Il est d'autant plus compliqué pour moi de faire un compte-rendu équitable que votre voix ne correspond pas, dès le départ, à mes inclinations (goût pour les voix claires) ; et évidemment, en venant sur un terrain stylistique auquel ce type d'émission n'est pas associé, les risques de se faire descendre à vue augmentent sensiblement !

Cela dit, j'ai effectivement remarqué une évolution très notable, et alors que je n'avais pas adhéré du tout dans Sacchini (et pas beaucoup dans Vogel), j'ai apprécié le Piccinni (chance pour moi, en plus la musique en est meilleure), je l'ai dit plus en détail ici. Alors que les récitatifs d'Armide étaient assez inintelligibles, l'articulation de ceux de Cybèle était au contraire très bonne, et bien plus expressive. Le timbre aussi, allégé, clarifié et surtout plus "focalisé". Si c'est le fruit d'un travail précis, alors il porte ses fruits !

Effectivement, on vous a surtout proposé des rôles "emportés", mais il faut dire que, dans le milieu, une fois qu'on a gagné son étiquette, les programmateurs ne placent pas toujours l'imagination au pouvoir. :)

Ayant offert ma place pour le Renaud d'hier, j'attends des nouvelles, j'espère qu'elles seront aussi bonnes !

Bonne soirée.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« septembre 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930