Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

[Sélection lutins] Les plus beaux trios


Trios à cordes, trios avec piano (et cordes ou vents).

Je n'ai pas retenu le trio à vent, dont l'économie et le répertoire sont très différents, souvent représenté avec talent chez des compositeurs moins célèbres qu'il faut un peu aller dénicher - vous pouvez aller regarder du côté de Ferenc Farkas et Sándor Veress, par exemple, chez les post-ravéliens aussi, mais je n'ai pas vérifié leur disponibilité au disque.

J'ai en revanche inclus les trios à cordes, ayant à ce jour rencontré assez peu d'oeuvres marquantes pour cet effectif. Les seules pièces très intenses, je les dois à ma rencontre avec Herzogenberg, un représentant passionnant de la musique postromantique allemande - certains de ses quatuors, avec ou sans piano, peuvent se comparer au meilleur de ce qui a été composé pour ces formations.

De même que pour les symphonies, les quatuors à cordes, la musique sacrée vocale, les opéras contemporains, voici une proposition de sélection.

--

Comme à chaque fois, ce n'est absolument pas une sélection objective sur leur importance dans l'histoire de la musique, ni même sur une hypothétique hiérarchie des qualités musicales : il s'agit simplement d'une suggestion d'oeuvres que je trouve particulièrement convaincantes. Il ne faut donc pas voir ce qui n'y figure pas (pure inclination personnelle), mais plutôt se sentir invité à découvrir ce qu'on ne connaît pas encore.

Je m'interroge toujours s'il est utile de citer les plus célèbres d'entre eux. Disons que cela donne peut-être un peu de perspective aux forces souterraines qui ont pu dicter mon choix ; toutefois en révélant ainsi mes tropismes et mes infirmités, je ne suis pas certain que ce soit à ma gloire.

L'astérisque indique un conseil prioritaire chez le compositeur ou dans l'ensemble du corpus. (Et vu la concentration en chefs-d'œuvre, on peut considérer ces œuvres comme vivement admirées.)

(Mise à jour du 25 novembre 2013 :
- Réorganisation par date de naissance explicite.
- Ajout des trios avec piano d'Onslow, Marschner, Gouvy, Saint-Saëns, Suk, Arensky et Durosoir.)

--

Trios à cordes

(Même si je n'en ai pas trouvé, hors Herzogenberg, d'aussi trépidants que pour les autres formations...)

1770 — Beethoven — Op.9
1841 — Dvořák — Op.74
1843 — Herzogenberg — *1,*2
1864 — Ropartz
1877 — Dohnányi — Sérénade en ut
1926 — Kurtág — Signs, Games and Messages

--

Trios pour piano et cordes

1770 — Beethoven — *7 (Op.97), 12 (WoO 38), *en ré (arrangement Deuxième Symphonie)
1784 — Spohr — 1
1784 — Onslow — Op.14 n°2
1795 — Marschner — 2
1797 — Schubert — 1,*2
1809 — Mendelssohn — *1820,*1,2
1810 — David (Félicien) — 1
1810 — Schumann — *1,*2,3
1810 — Chopin — Op.8
1813 — Alkan — Op.30
1819 — Gouvy — *Op.19
1819 — Wieck-Schumann — Op.17
1833 — Brahms — *1 (v. 1889), 3
1835 — Saint-Saëns — 1
1837 — Dubois — *1
1840 — Tchaïkovsky — **Op.50
1841 — Dvořák — Op.65
1843 — Herzogenberg — 1,2
1845 — Fauré
1861 — Arensky — *1
1864 — Ropartz
1870 — Lekeu
1874 — Suk — *Op.22
1875 — Ravel — *en la mineur
1878 — Durosoir — *en si mineur
1879 — Rhené-Baton — Op.31
1879 — Cras — *en ut
1883 — Kuula — Op.7
1883 — Bax — *en si bémol
1906 — Chostakovitch — Op.8, Op.67
1933 — Brimer (Michael) — *1
1950 — Amargós — Atlantic Trio

--

Trios pour hautbois, violoncelle et piano

1917 — Isang Yun — Sonate pour hautbois, piano et violoncelle
1935 — Georg Katzer — *Divertissement à 3 (jouable aussi avec violon, mais disponible seulement ainsi au disque)

--

Trios pour hautbois, cor et piano

1843 — Herzogenberg — Op.61

--

Trios pour violon, cor et piano

1765 — Duvernoy (Frédéric Nicolas [1]) — 1
1791 — Czerny — 1 (violoncelle ou cor ad libitum)

--

Trios pour violon, clarinette et piano

1881 — Bartók — Contrastes

--

Trios pour clarinette, alto et piano

1810 — Schumann — *Märchenerzählungen
1926 — Kurtág — *Hommage à R. Sch.

--

Trios pour clarinette, violoncelle et piano

La formule semble avoir inspiré des oeuvres particulièrement fortes.

1833 — Brahms — *Op.114
1851 — Indy — *Op.29
1929 — Muczynski — *Fantasy Trio Op.26

--

Trios pour cor, violoncelle et piano

1946 — Silver — To the Spirit Unconquered

--

Oui, il existe de très beaux Mozart, Chausson, et même Debussy, mais je ne les place pas au même niveau d'exultation pour moi. Or, comme chacun les a sans doute écoutés (ou entendu parler par d'autres que moi), leur citation n'a pas grande importance en réalité.

Tous les trios que je cite se trouvent à prix raisonnable dans le commerce - enfin, pas tous chez votre disquaire, je le crains, mais assurément chez la vierge guerrière scythe.

... et les suggestions de trios méconnus seront très bienvenues, comme d'habitude.

Notes

[1] Et non Jean-Baptiste, pédagogue, ni Victor Alphonse, compositeur (apparenté aux Garcia-Viardot), plus tardifs, et pas cornistes !


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=2068

Commentaires

1. Le dimanche 9 septembre 2012 à , par Jean-Christophe Pucek :: site

Bonjour David,
Je me permets une suggestion dans la catégorie Trio pour piano et cordes : le second, en la mineur, opus 34 de Cécile Chaminade, qui vient de recevoir une magnifique interprétation du Trio Chausson (Mirare, voir mon blog). Je trouve cette œuvre vraiment sensationnelle.
Belle journée à vous.

2. Le dimanche 9 septembre 2012 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Jean-Christophe !

Comme d'habitude, vous avez raison.

Il se trouve que je ne suis pas un admirateur éperdu de Chaminade, ni dans la mélodie, ni dans la musique de chambre, et que j'ai trouvé le premier trio assez peu palpitant, comme le reste de sa production jusqu'à présent. Je n'ai jamais essayé le second ; mais je viens de l'écouter ce matin sur vos conseils, que je sais précieux. Je mange très volontiers mon chapeau, c'est magnifique et mérite complètement d'être vivement recommandé.

J'avoue tout à ma honte que j'étais encore sceptique en lisant vos éloges, la semaine passée, et qu'il a fallu votre conseil personnalisé de ce matin pour que je plonge. Le mouvement lent est splendide, tout à fait dans le genre extatique du Quintette de Dubois ou de la Sonate pour violon de d'Indy.
Et harmoniquement, ça bouge sans commune mesure avec tout ce que j'ai entendu d'elle, qui m'évoquait davantage Gounod que d'Indy !

J'ai seulement Mannheimer / Wijk / Klingberg (chez dB Records), alors que je dispose de trois versions du Premier Trio, pourtant considérablement moins abouti. Côté interprètes, ce n'est pas toujours très juste (voire un peu hors piste dans les mouvements vifs), mais j'y trouve beaucoup d'intensité. Nul doute que les Chausson doivent être plus recommandables dans l'absolu, je suis curieux d'entendre ça.

Vous auriez peut-être d'autres recommandations chez Chaminade ?

3. Le lundi 17 septembre 2012 à , par Palimpseste

Bonjour David,

Je continue mes explorations de listes. Je m'attaquerai après aux quatuors à cordes mais laisserai la musique sacrée vocale et les opéras contemporains aux plus compétents, ces deux domaines n'étant pas du tout dans mes cordes.

Trios à cordes
"(Même si je n'en ai pas trouvé, hors Herzogenberg, d'aussi trépidants que pour les autres formations...)"

Je note le nom d'Herzogenberg qui m'était complètement inconnu et la présence des remarquables Kurtág, même si j'aime encore plus ses Jelek, játékok és üzenetek (un peu de pédanterie sapristi!) pour instruments solo. Je note quand même l'absence de Schubert qui m'étonne, non que je considère ses trios à cordes comme les sommets de son oeuvre de chambre, mais parce qu'il me paraissent quand même dignes d'être relevés, ne serait-ce que pour le caractère certes classique mais tout à fait charmant.

Trios pour piano et cordes:

C'est une formation à laquelle je préfère nettement les quintettes pour piano et cordes, au son plus plein et où les cordes peuvent mieux rivaliser, en puissance comme en complexité avec le piano (sujet pour une prochaine liste?). Rien à ajouter à ta sélection.

Trios pour hautbois, violoncelle et piano:

Je ne savais même pas que ça existait et du coup, je me dis que ce doit être super comme alliage. Malheureusement, les deux compositeurs cités ne me tentent pas trop.

Trios pour violon, cor et piano:

Je note l'oubli courageux du trio de Brahms, peut-être le plus connu mais pas vraiment son oeuvre la plus recommandable à mon avis. Un rien lourd. Par contre, j'ajoute celui de Ligeti (le deuxième plus connu)? Franchement bien plus captivant que le Brahms auquel il rend hommage. C'est l'ouverture de sa troisième période créatrice, synthèse du folklorisme et du planant glauque des périodes précédentes avec en plus des rythmes bancals poilants.

Trios pour clarinette, alto et piano
"- Schumann *Märchenerzählungen
- Kurtág *Hommage à R. Sch."

Ah oui, ce sont deux oeuvres majeures, toutes deux au programme d'un très recommandable disque ECM.

Trios pour clarinette, violoncelle et piano
"La formule semble avoir inspiré des oeuvres particulièrement fortes."

C'est indéniablement vrai pour le Brahms (jamais entendu les deux autres). Je n'arrive toujours pas à décider quelle oeuvre, de celle-ci ou du quintette avec clarinette, est la plus réussie. Les deux me touchent profondément en tout cas.

Trios pour cor, violoncelle et piano:

Violoncelle et cor? Vraiment? Just Say No...

4. Le mardi 18 septembre 2012 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Palimpseste !

Je l'admets, Herzogenberg n'est pas précisément une superstar, et son corpus est d'ailleurs de qualité très variable : tout est bon, mais on y trouve çà et là des oeuvres de premier intérêt, comme son premier quatuor (bien plus que les autres) ou ses quatuors avec piano.

Jelek, játékok és üzenetek (un peu de pédanterie sapristi!)

Ce n'est pas de la pédanterie, c'est juste du hongrois.

Je note quand même l'absence de Schubert qui m'étonne, non que je considère ses trios à cordes comme les sommets de son oeuvre de chambre, mais parce qu'il me paraissent quand même dignes d'être relevés, ne serait-ce que pour le caractère certes classique mais tout à fait charmant.

Erreur de ma part, c'est très très beau en effet. A ajouter lors de la prochaine mise à jour.

C'est une formation à laquelle je préfère nettement les quintettes pour piano et cordes, au son plus plein et où les cordes peuvent mieux rivaliser, en puissance comme en complexité avec le piano (sujet pour une prochaine liste?).

Pas pour tout de suite, je trouve que c'est souvent une formation de confort, je suis souvent davantage convaincu par les quatuors avec piano, dont j'ai prévu de parler prochainement (on y retrouvera Herzogenberg, d'ailleurs !).

Je ne savais même pas que ça existait et du coup, je me dis que ce doit être super comme alliage. Malheureusement, les deux compositeurs cités ne me tentent pas trop.

C'est un tort, c'est le chef-d'oeuvre de Katzer (tout au moins le reste que j'ai entendu n'était pas fameux), et Yun, quoique profondément déprimant, on est toujours face à de la musique de qualité assez exceptionnelle. Evidemment, il faut oser le second vingtième, ce n'est pas de la musique tonale (mais on entend des pôles chez les deux).

Le Ligeti a beaucoup d'atmosphère, j'en conviens. Ensuite, je dois dire que je n'y reviens pas souvent, je me sens en général peu d'affinités avec Ligeti, que j'admire pourtant beaucoup. Mais c'est assurément une bonne recommandation !

[C'est l'ouverture de sa troisième période créatrice, synthèse du folklorisme et du planant glauque des périodes précédentes avec en plus des rythmes bancals poilants.


Ah oui, ce sont deux oeuvres majeures, toutes deux au programme d'un très recommandable disque ECM.L'hommage est quasiment toujours programmé avec l'original, de toute façon.

[quote]Trios pour clarinette, violoncelle et piano
"La formule semble avoir inspiré des oeuvres particulièrement fortes."

C'est indéniablement vrai pour le Brahms (jamais entendu les deux autres). Je n'arrive toujours pas à décider quelle oeuvre, de celle-ci ou du quintette avec clarinette, est la plus réussie. Les deux me touchent profondément en tout cas.

Pareil.

Violoncelle et cor? Vraiment?

J'y suis pour rien, moi, c'est dans le commerce.

5. Le mardi 18 septembre 2012 à , par Palimpseste

Bonjour David,

"Ce n'est pas de la pédanterie, c'est juste du hongrois."

C'est bien ce que je disais ;)

"... je suis souvent davantage convaincu par les quatuors avec piano, dont j'ai prévu de parler prochainement. "

Hum, c'est ballot, j'ai un à priori négatif pour les quatuors avec piano (trois cordes + piano). Je ne sais pas je trouve que c'est assis entre deux chaises sans jeu de mots, entre les trios et les quintettes, et ça me chiffonne.

"Yun, quoique profondément déprimant, on est toujours face à de la musique de qualité assez exceptionnelle. Evidemment, il faut oser le second vingtième..."

Oser le second vingtième, ça ne devrait pas poser trop de problème (enfin, ça dépend quoi). Yun, je connais de nom mais je n'ai jamais été très incité à découvrir sa musique. C'est peut-être l'occasion.

6. Le mercredi 19 septembre 2012 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Palimpseste !

J'avais aussi un a priori, mais en explorant un peu le fonds des quatuors avec piano, je me suis aperçu que la qualité des oeuvres était tout à fait considérable. Ma liste doit même être plus longue que pour les quintettes !

Yun n'est clairement pas plus rugueux que Ligeti ! Son univers est très singulier, plutôt traditionnel dans le langage (malgré l'absence de recours à la tonalité traditionnelle, cela sonne assez consonant), et profondément désespéré-post-catastrophes-du-milieu-du-siècle dans la couleur générale. Ce trio est peut-être sa seule oeuvre pas trop désespérée (avec les oeuvres de commande de Kim Il-Sung, bien sûr !). Il a aussi écrit un beau trio avec harpe sur le modèle de ceux de Debussy et Bax.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Calendrier

« septembre 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930