Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Vourc'h & Wagner - Quand les finnois composent en français


Récital Karen Vourc'h et Vanessa Wagner à l'auditorium du Musée d'Orsay.

Mélodies françaises (dont certaines par des compositeurs finnois) et mélodies en bokmål et nynorsk de Grieg, en suédois et en finnois de Sibelius.

--

Dans le désordre, tel que fourni sur le site du Musée :

Jean Sibelius
Depuis lors je n'ai plus posé de question op. 17 n°1
Une libellule op. 17 n°5
Chant I du Kalevala
Les trois soeurs aveugles, op. 46 n°5
Deux mélodies de Shakespeare, Op. 60
Erkki Melartin
La Lune blanche, op. 19 n°2
Reynaldo Hahn
L'Heure exquise
Leevi Madetoja
Romance sans parole ("Il pleure dans mon coeur"), op. 36 n°1
Mélodies op. 44
Claude Debussy
Il pleure dans mon coeur, extrait des Ariettes oubliées
Clair de lune, FL 45
Edvard Grieg
Au temps des roses
Un rêve
Un cygne
Danse des chevreaux
Quatre mélodies du coeur
Gabriel Fauré
Clair de lune, Op. 46, no 2

--

Outre le programme passionnant, il était intéressant d'entendre Karen Vourc'h pour la première fois en salle. Voix assez étonnante, un profil à la Manfrino : très délicate et sensible, admirablement articulée et expressive dans le grave, et un aigu qui, surtout dans le forte, se révèle souvent strident (même problème de passage[ que pour Manfrino qui devient opaque et lourdement vibrante, ou pour Cécile Perrin qui utilise une voix mixte tête / flageolet un peu agressive).

L'irrégularité de Vourc'h (que j'avais autant détestée en Mimì qu'adulée en Mélisande) s'explique donc par des caractéristiques techniques assez précises.

Extrêmement convaincante dans les deux idiomes norvégiens, avec un opus 5 de Grieg merveilleux, finesse de phrasé, finesse de mots, voix délicate.

Convaincante en français, du moins dans les mélodies pas trop aiguës, les autres étant un peu plus douloureuses.

La partie Sibelius du programme était moins intéressante de toute façon (toujours cette prosodie plate et cette inspiration mélodique parcimonieuse), et Karen Vourc'h sonnait infiniment moins bien, bizarrement, en suédois. Luonnotar (en finnois donc) qui terminait le récital était même assez difficile à entendre, tant les hurlements faisaient peine, avec une voix certes sonores, mais rigidifiée, opacifiée et criée...

Une image, donc, qui oscillait de l'inspiration suprême de sa Mélisande (ici présente dans les Grieg) à l'effondrement spectaculaire de sa Victoire de la Musique il y a quelques années (un duo de la Bohème gris, crié et faux).

--

Globalement un très beau récital, avec une véritable pianiste (du son, de la maîtrise) que j'étais content d'entendre pour la première fois en concert (même si l'on reste très loin de ses Debussy de studio ou de ses concerts de "grand répertoire" en solo).

Et surtout un programme formidable, entièrement rare (à l'exception des Verlaine de Fauré, Debussy et Hahn), et aux deux tiers passionnant (si j'excepte les Sibelius, donc).
La section consacrée aux adaptations de Verlaine par Ekki Melartin et surtout Leevi Madetoja ("Il pleure dans mon coeur", avec des figuralismes pluvieux extraordinairement répétitifs, magnétiques et mornes à la fois !) était particulièrement gourmande.

Au passage, j'ai remarqué quelques apparitions de [r] roulés assez bizarres et arbitraires alors qu'elle chante essentiellement en uvulaire avec beaucoup de bonheur.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1940

Commentaires

1. Le mardi 10 février 2015 à , par Benedictus

Bonjour, cher David! J'ai vu qu'il existe au disque un récital de Karen Vourc'h assez semblable à ce concert, paru en 2009 chez Aparté. Le connais-tu? Si oui, le recommanderais-tu à quelqu'un qui, comme moi, ne connaît pas du tout cette chanteuse?

2. Le mercredi 11 février 2015 à , par DavidLeMarrec

Soyez le bienvenu, Benedictus… mais pas trop dépité si je ne puis vous répondre.

J'ai vu ce récital, effectivement, mais sortant à l'époque du concert, je ne l'ai pas écouté. Je suppose que ce doit être similaire, l'émoussement de fin de récital en moins. Ça vaut la peine, au moins pour les pièces finlandaises rares, mais pour la découvrir, il faut plutôt écouter sa Mélisande de 2010 avec Gardiner, dans sa meilleure période et dans un rôle qui flatte toutes ses qualités. Une des plus belles Mélisande à mon avis — pas forcément en profondeur du personnage, mais en pertinence de timbre et en qualité de verbe…

Ça n'a pas été édité en DVD, mais ça doit circuler assez facilement vu qu'il y a eu vidéodiffusion. Elle l'a aussi refait aux Prom's peu après (avec Naouri au lieu de Barrard), mais je n'ai pas essayé cette bande (ayant déjà entendu tous les protagonistes dans les mêmes années).

Désolé de ne pas pouvoir t'aider davantage…

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(4/9/2008)

Chapitres

Archives

Calendrier

« mars 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031