Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Mystère ou miracle ? - aperture et couverture


Glottologie appliquée.

Voici quelque temps que je m'interroge sur la question de la couverture [1] chez Georges Liccioni jusque dans les rôles larges de sa carrière.


Il est impossible aux hauteurs où il chante cet extrait de Don Carlos de Verdi [2] (des la 3 et si bémol 3 tenus) qu'il ne protège pas ses aigus en voix pleine. Et pourtant, en plus d'être parfaitement naturelles, ses voyelles sont très ouvertes.

Ce n'est pas forcément incompatible dans l'absolu : le fait qu'une voyelle soit ouverte du moins de vue de la linguistique n'empêche (peut-être) pas que le mécanisme de protection de la voix puisse être activé. Le changement de voyelle (certains professeurs, assez nombreux et parfois assez prestigieux, prônent tout de bon le remplacement d'une voyelle par une autre) n'est qu'une astuce pour obtenir cette protection, mais rien n'indique qu'on soit obligé de totalement dénaturer ses voyelles pour l'obtenir (certains chanteurs couvrent audiblement, tout en articulant très bien dans l'aigu).

--

Restent donc deux hypothèses :

a) Liccioni disposait...

Notes

[1] La "couverture" est la modification des voyelles en voix pleine, au moins au delà du passage, afin de protéger la voix à l'opéra. Dans le mode d'émission qui caractérise le chant lyrique, c'est en fermant et en postériorisant les voyelles qu'elle s'effectue généralement ([a] s'approchant de [o] est le plus fréquemment employé, mais il en existe d'autres parfois variables d'une école à l'autre, par exemple [i] ou [é] tendant vers [eu]).

[2] Avec Suzanne Sarroca en Elisabeth de Valois. Enregistrement radio de l'orchestre de la RTF dirigé en 1967 par Pierre-Michel Lecomte.


a) Liccioni disposait d'une voix exceptionnellement haut placée et naturelle, si bien qu'il pouvait chanter très haut sans couverture et sans dommage. L'exemple le plus célèbre de ce type de profil est celui de Giuseppe Di Stefano, qui contrairement à ce qu'on en dit souvent, a préservé assez remarquablement son instrument malgré le manque de couverture, les choix de rôles lourds que sa nature vocale initiale et les excès de sa vie personnelle.

La voix initiale et les choix de répertoire beaucoup plus mesurés de Liccioni confirment cette hypothèse. Toutefois, dans cet extrait, on entend clairement un chant qui n'est pas totalement "ouvert", mais au contraire tout à fait tenu. Peut-être qu'il n'avait besoin que de peu de couverture, mais il est très improbable qu'il n'en ait pas usé du tout.

b) Ce qui conduit à la seconde supposition, qui a ma faveur. La couverture, quoique peu audible, doit se réaliser chez lui (peut-être de façon minime) sans altérer la qualité des voyelles, c'est-à-dire de la façon la plus précise qui soit, utilisant exclusivement la fonction protectrice sans abîmer le chant lui-même.
Une écoute attentive révèle d'ailleurs qu'il utilise des [a] plus postérieurs et fermés (presque des [o]) sur certaines voyelles) lors de plusieurs attaques, avant que le [a] ne s'ouvre et ne s'épanouisse avec ton timbre ouvert.

Le moment le plus périlleux dans cette perspective technique se trouve sur "le ciel avare ne m'a donné qu'un jour", et on y entend l'attaque plus ronde ainsi que le maintien très légèrement postérieur de ce qui reste complètement un [a]. Du très grand art.

--

En tout cas, indépendamment de ses qualités artistiques (luminosité, présence, articulation verbale), la réalisation technique en est vraiment incroyable.

Lorsqu'on le voit chanter, on note une autre discordance avec les préceptes habituels : il n'ouvre pas beaucoup la bouche en hauteur (sans doute pour concentrer le son), mais beaucoup en largeur (ce qui facilite la clarté effectivement). De façon fortuite, cela favorise visuellement l'analogie avec le sourire plus qu'avec la morsure, ce qui n'est pas désagréable non plus. Il supportait très bien le gros plan.

Voir par exemple ici (dans une de ses grandes incarnations, Mylio du Roi d'Ys) - en audio, l'intégrale radiophonique de 1967 avec Andrée Esposito est plus brillante encore.

Et sa maîtrise soulève la question de l'apprentissage de la couverture tel qu'il existe majoritairement aujourd'hui - comme un préalable, pour ne pas dire un absolu du chant lyrique. Alors que Liccioni semble prouver que cette couverture n'implique absolument pas d'être audible, qu'il s'agit essentiellement d'ajuster certains placements dangereux induits par la position habituelle des voyelles incriminées.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1900

Commentaires

1. Le vendredi 23 mars 2012 à , par David Grandis :: site

Excellent commentaire! C'est tres etrange: je viens d'interviewer Georges Liccioni pour un livre que j'ecris sur le chant francais! En tant que chef d'orchestre, je suis decu par la nouvelle generation de chanteurs francais qui couvrent trop ou mal et qui ne comprend la couverture que par l'assombrissement de la voix: on ne comprend plus ce qui est chante, et lorsque l'on comprend plus ou moins, on a tout de meme perdu la clarte de timbre qui etait une caracteristique du style francais, alors votre commentaire me fait plaisir.
Oui, Liccioni etait exceptionnel et on entend rien de comparable chez les chanteurs francais de nos jours. Alagna avait des possibilites mais il est en train de tout gacher! Dommage...

Liccioni n'aime pas parler de technique, c'est un instinctif, un intuitif. Mais il a des idees tres interressantes sur le sujet de la couverture, je fais donc une publicite un peu prematuree pour mon livre qui recueille les conseils techniques et d'interpretation de Liccioni, Lance, Cadiou, Bacquier, Massard, Esposito, Mesple, Berbie, Doria, Soyer, Loup et Senechal.

Tres cordialement,
David Grandis

2. Le vendredi 23 mars 2012 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir !

Merci pour cette intervention, voilà un ouvrage qui m'intéressera vivement.

Effectivement, même parmi les excellents jeunes, la voix n'est plus aussi franche, à cause notamment de l'idéal italien (mal appliqué) et en particulier verdien (pour être "employable", je suppose) qui pousse effectivement à fabriquer des voix plus sombres et opaques. Il y a aussi clairement une évolution de la voix parlée, du fait de l'influence de l'habitat urbain, des micros, des cinémas... qui ont développé un autre idéal du son, plus rond et étouffé.

Là où l'on trouve d'excellents diseurs, ce sera plutôt dans des emplois plus légers, chez ceux qui mixent beaucoup (Yann Beuron ou François Piolino, par exemple), mais ce n'est pas valable au delà d'un certain calibre et c'est une technique assez distincte de celle d'antan. Vraiment pas d'équivalent de Liccioni aujourd'hui en effet.

Pour Alagna, le profil a quand même toujours été très peu français, typiquement une émission qui privilégie le métal, loin du côté "blanc" de l'émission française traditionnelle. Par ailleurs, je ne suis pas sûr qu'on puisse dire qu'il gâche, il creuse seulement un sillon très personnel et étrange, mais avec beaucoup de talent tout de même. Avec le recul des années, je le trouve plus intéressant aujourd'hui qu'autrefois (jusque dans la matière vocale !), même s'il n'est pas allé du tout dans le sens qu'on pouvait prévoir.

Je me tiendrai informé de la publication de votre ouvrage. (Je remarque en plus un répertoire remarquablement riche et original sur votre site, je ne me contenterai donc pas d'attendre la parution pour essayer de vous entendre).

Bonne soirée,
David Le Marrec

3. Le dimanche 4 août 2013 à , par David Grandis :: site

Cher Monsieur,

Comme promis, je vous tiens au courant de la parution de mon ouvrage (auquel mon cher Georges Liccioni a participe), voici le lien vers amazon.fr:
http://www.amazon.fr/Recherche-Chant-Perdu-lAge-R-T-l-N/dp/B00D3Y9CX6

Bien a vous,
David Grandis

4. Le dimanche 4 août 2013 à , par DavidLeMarrec

Merci de l'avoir mentionné, je crois qu'il intéressera beaucoup de lecteurs passant par ici... à commencer par moi !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(4/3/2013)

Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031