Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

De la tragédie lyrique à Don Giovanni


En parcourant les extraits de Chimène ou le Cid d'Antonio Sacchini donnés par les Nouveaux Caractères à Versailles (Les favoris de Marie-Antoinette) lors de la saison Grétry du Centre de Musique Baroque du même lieu, il est difficile de ne pas être frappé par une parenté avec un autre opéra très proche chronologiquement, mais qui n'appartient pas à la quatrième école de tragédie en musique.

On fournit l'extrait dans sa continuité, mais c'est le second morceau qui nous intéresse.


Sébastien d'Hérin dirige, Jean-Sébastien Bou tient le rôle du roi et Caroline Mutel Chimène. [1] Sébastien Droy intervenait, un peu plus loin, en tant que Rodrigue - remplaçant (heureusement) Florian Laconi.

Ces ponctuations en trois accords de croches plaintives, accompagnées d'un hautbois funèbre, accompagnent le récit de la mort du père de Chimène. Quelle similitude de couleur (y compris harmonique) avec le récitatif désespéré de Donna Anna « Ma qual mai s'offre o dei » !

On se trouve clairement dans une parenté temporelle très logique, la création à Fontainebleau à lieu en 1783, et Don Giovanni à Prague en 1787 : ces formules, malgré leur relative personnalité (surtout saillante chez Mozart), se rapportent à une forme d'air du temps compositionnel. On retrouve d'ailleurs le cri du hautbois d'Andromaque de Grétry (1780), trouvaille qu'on a déjà admirée dans ces pages.

--

Sur la durée, le mélange entre la déclamation héroïque et les pauses (et poses) galantes ne défigure pas totalement la pièce originale, à défaut de lui rendre pleinement justice. Assez prenant, on songe beaucoup au Grétry sérieux (celui de Céphale & Procris en particulier), et même si l'inspiration n'en est pas aussi élevée, cela demeure très supérieur aux habitudes de Sacchini. Bien meilleur, poème comme musique, que Renaud et Oedipe à Colone.

En revanche, le même concert contenait des extraits de l'intéressant Guillaume Tell de Grétry et surtout des fantastiques Danaïdes de Salieri - il en existe de nombreuses intégrales au disque, dont la plupart massacrent l'économie musicale (et stylistique) de l'oeuvre. Toutefois en furetant bien parmi les bandes radios, on rencontre de magnifiques témoignages.

Notes

[1] Caroline Mutel est aussi co-fondatrice de l'ensemble en 2003.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1751

Commentaires

1. Le mardi 14 juin 2011 à , par fashioneo

[Couic.]

[My tailor si rich but my spam is bad.]

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(24/6/2014)

Chapitres

Archives

Calendrier

« juin 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930