Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Pourquoi les aigus chantés sont-ils peu compréhensibles ?

Il est peut-être tout d'abord nécessaire de s'entendre sur les questions d'intelligibilité et de diction, on se reportera donc pour ce faire à cette notule.

On n'abordera donc ici que la question de l'articulation dans les aigus.

--

On voit quatre raisons :

1) La proximité du spectre sonore de la voix parlée rend les graves plus intelligibles, notre oreille retrouve ses marques, alors que l'aigu change la tessiture et les mécanismes de production.

2) Les caractéristiques physiques du son ont aussi leur importance : les consonnes (plus aiguës que les voyelles) sont partiellement absorbées par les harmoniques des notes plus hautes.

3) Par ailleurs, le type d'émission vocale change dans l'aigu. Par exemple, le changement de mécanisme (on bascule en voix de tête pour les hommes) ou la couverture des sons modifient considérablement l'aspect des voyelles, qui deviennent facilement indifférenciées lorsqu'on écoute trop les professeurs de chant les plus épris d'homogénéité vocale.
Cela explique qu'une soprane ou un ténor, bien que peu puissants dans les graves, y seront tout de même plutôt plus intelligibles.

4) Autrement, les voix d'homme sont plus intelligibles que celles de femme parce qu'elles utilisent la voix de poitrine, plus stable, moins "flottante". La voix de femme est en quelque sorte au degré supérieur de la voix d'homme : voix de poitrine pour l'extrême grave, voix de tête pour l'essentiel de la tessiture, voix de flageolet pour le suraigu.

--

Pour les autres questions et les différents critères d'intelligibilité, voir ici.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1368

Commentaires

1. Le mardi 29 septembre 2009 à , par Wolferl

Merci pour la mise au point. :-)
Par contre, je ne comprends pas en quoi les consonnes sont plus aigües que les voyelles...

2. Le mardi 29 septembre 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Bonsoir Wolferl. :-)

C'est trop gentil de me remercier, alors que ce n'est guère qu'une resucée de la réponse à ta question. [binette confuse]

Ce n'est pas forcément le lieu pour faire un point sérieux sur l'acoustique, mais en très résumé :
- les sons vocaliques contiennent plusieurs formants dont l'association définit une hauteur, et qui est mêlé de bruit pour les consonnes ;
- on objective la hauteur d'un son selon sa fréquence, c'est-à-dire selon son nombre de battements par minutes ;
- les consonnes ont une fréquence plus élevée que les voyelles dans le spectre sonore de la voix parlée ;
- je n'y suis pour rien.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(28/3/2012)

Chapitres

Archives

Calendrier

« septembre 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930