Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Franz SCHUBERT - Die Nacht (d'après Ossian)



Anne-Louis GIRODET-TRIOSON,
Les ombres des héros morts pour la Patrie conduites par la Victoire viennent habiter l'Elysée aérien où les ombres d'Ossian et de ses valeureux guerriers s'empressent de leur donner dans ce séjour d'immortalité et de gloire la fête de la Paix et de l'Amitié,
huile sur toile, 192 x 182 cm, 1801,
Musée National des Châteaux de Malmaison et de Bois-Préau.


Qu'on se rassure, Ossian a aussi inspiré des chefs-d'oeuvre, et c'est ce que nous allons voir tout à l'heure.


--

1. L'apogée d'un type

On a très souvent évoqué cette fresque, l'un des lieder les plus émouvants de Schubert pour nous.

Il s'agit du plus réussi des grands lieder récitatifs qu'on trouve souvent chez le jeune Schubert. Dans ces pièces, Schubert se montre aussi près qu'il est possible du sens du texte, en juxtaposant totalement les atmosphères et les motifs, au gré des variations expressives du poème ; la musique n'est plus qu'un serviteur zélé, commentateur parfois à la frontière de l'hystérie, tant le flux musical est ici perpétuellement interrompu et contredit au profit d'un rythme de parole - dont la logique, on le sait, est beaucoup plus contrastée que celle d'une exposition musicale.

Mais, là où cette absence de cohérence peut sembler une maladresse (les deux versions de Der Taucher, Lodas Gespenst...), dans Die Nacht (de même que dans Die Bürgschaft), la puissance des atmosphères et l'urgence de la déclamation l'emportent sur toute réserve.
On connaît par ailleurs le génie de Schubert en matière de coloris dans ses modulations - et ici, le changement de tonalité (peut-on même parler de modulation, tant la juxtaposition est abrupte ?) est pour le moins abondant.

--

2. Die Nacht D.534

Ce lied est de surcroît constitué de façon singulière. Il est composé en 1817 (mais publié seulement en 1830), donc à l'âge de vingt ans seulement, et utilise l'adaptation du baron Edmund von Harold sur un extrait de James Macpherson (le 'traducteur' d'Ossian). La partition est corrompue, puisque à la mesure 206, avec les derniers mots, apparaît une étrange indication (Feurig) en 6/8, qui appelle à une fin flamboyante, sans doute sur le thème de la chasse. D'où le complément à partir des appels déjà entendus dans les mesures précédentes - mais vu le caractère hautement volatile des motifs de cette pièce, on ne peut guère déterminer si Schubert souhaiter prolonger celui-ci ou en proposer quelque autre. L'éditeur (Diabelli) y a donc ajouté, en plus d'une coda chasseresse un brin pétaradante, une fin brillante assez improbable, à savoir le chant de chasse composé quelque temps auparavant par Schubert (Jagdlied D.521) dont le ton entraînant et badin, pas très subtil non plus, contraste avec tout ce qui a précédé. [On pourra le proposer à l'occasion en complément, mais il y a assez à présenter pour aujourd'hui.]


Die Nacht par le membre unique du Lutin Chamber Ensemble.


Fichier téléchargeable plus bas. On propose aussi la partition.

--

3. Les textes

Voici l'original :

Cinq bardes sont de nuit dans la maison de leur chef poète, et font chacun à leur tour des descriptions de la nuit.

The Night-Song of the Bards.

FIRST BARD.
. . . . Night is dull and dark. The clouds rest on the hills. No star with green trembling beam; no moon looks from the sky. I hear the blast in the wood, but I hear it distant far. The stream of the valley murmurs; but its murmur is sullen and sad. From the tree at the grave of the dead the long-howling owl is heard. I see a dim form on the plain! It is a ghost! it fades, it flies. Some funeral shall pass this way: the meteor marks the path.
. . . . The distant dog is howling from the hut of the hill. The stag lies on the mountain moss: the hind is at his side. She hears the wind in his branchy horns. She starts, but lies again.
. . . . The roe is in the cleft of the rock; the heath-cock's head is beneath his wing. No beast, no bird is abroad, but the owl and the howling fox: she on a leafless tree; he in a cloud on the hill.
. . . . Dark, panting, trembling, sad, the traveller has lost his way. Through shrubs, through thorns, he goes, along the gurgling rill. He fears the rock and the fen. He fears the ghost of night. The old tree groans to the blast; the falling branch resounds. The wind drives the withered burrs, clung together, along the grass. It is the light tread of a ghost! He trembles amidst the night.
. . . . Dark, dusky, howling, is night, cloudy, windy, and full 'of ghosts! The dead are abroad! my friends, receive me from the night.

SECOND BARD.
. . . . The wind is up, the shower descends. The spirit of the mountain shrieks. Woods fall from high. Windows flap. The growing river roars. The traveller attempts the ford. Hark! that shriek! he dies! The storm drives the horse from the hill, the goat, the lowing cow. They tremble as drives the shower, beside the shouldering bank.
. . . . The hunter starts from sleep, in his lonely hut; he wakes the fire decayed. His wet dogs smoke around him. He fills the chinks with heath. Loud roar two mountain streams which meet beside his booth [shed].
. . . . Sad on the side of a hill the wandering shepherd sits. The tree resounds above him. The stream roars down the rock. He waits for the rising moon to guide him to his home.
. . . . Ghosts ride on the storm to-night. Sweet is their voice between the squalls of wind. Their songs are of other worlds.
. . . . The rain is past. The dry wind blows. Streams roar, and windows flap. Cold drops fall from the roof. I see the starry sky. But the shower gathers again. The west is gloomy and dark. Night is stormy and dismal; receive me, my friends, from night.

THIRD BARD.
. . . . The wind still sounds between the hills, and whistles through the grass of the rock. The firs fall from their place. The turfy hut is torn. The clouds, divided, fly over the sky, and show the burning stars. The meteor, token of death! flies sparkling through the gloom. It rests on the hill. I see the withered fern, the darkbrowed rock, the fallen oak. Who is that in his shroud beneath the tree, by the stream?
. . . . The waves dark-tumble on the lake, and lash its rocky sides. The boat is brimful in the cove; the oars on the rocking tide. A maid sits sad beside the rock, and eyes the rolling stream. Her lover promised to come. She saw his boat, when yet it was light, on the lake. Is this his broken boat on the shore ? Are these his groans on the wind?
. . . . Hark! the hail rattles around. The flaky snow descends. The tops of the hills are white. The stormy wirds abate. Various is the night and cold; receive me, my friends, from night.

FOURTH BARD.
. . . . Night is calm and fair; blue, starry, settled is night. The winds, with the clouds, are gone: They sink behind the hill. The moon is up on the mountain. Trees glister, streams shine on the rock. Bright rolls the settled lake; bright the stream of the vale.
. . . . I see the trees overturned; the shocks of corn on the plain. The wakeful hind rebuilds the shocks, and whistles on the distant field.
. . . . Calm, settled, fair is night! Who comes from the place of the dead? That form with the robe of snow, white arms, and dark-brown hair! It is the daughter of the chief of the people: she that lately fell! Come, let us view thee, O maid! Thou that hast been the delight of heroes! The blast drives the phantom away; white, without form, it ascends the hill.
. . . . The breezes drive the blue mist, slowly, over the narrow vale. It rises on the hill, and joins its head to heaven. Night is settled, calm, blue, starry, bright with the moon. Receive me not, my friends, for lovely is the night.

FIFTH BARD.
. . . . Night is calm, but dreary. The moon is in a cloud in the west. Slow moves that pale beam along the shaded hill. The distant wave is heard. The torrent murmurs on the rock. The cock is heard from the booth.* More than half the night is past. The house-wife, groping in the gloom, re-kindles the settled fire. The hunter thinks that day approaches, and calls his bounding dogs. He ascends the hill, and whistles on his way. A blast removes the cloud. He sees the starry plough of the north. Much of the night is to pass. He nods by the mossy rock.
. . . . Hark! the whirlwind is in the wood! A low murmur in the vale! It is the mighty army of the dead returning from the air.
. . . . The moon rests behind the hill. The beam is still on that lofty rock. Long are the shadows of the trees. Now it is dark over all. Night is dreary, silent, and dark; receive me, my friends, from night.

THE CHIEF.
. . . . Let clouds rest on the hills: spirits fly, and travellers fear. Let the winds of the woods arise, the sounding storms descend. Roar streams and windows flap, and green-winged meteors fly! Rise the pale moon from behind her hills, or inclose her head in clouds! Night is alike to me, blue, stormy, or gloomy the sky. Night flies before the beam, when it is poured on the hill. The young day returns from his clouds, but we return no more.
. . . . Where are our chiefs of old? Where are our kings of mighty name? The fields of their battles are silent. Scarce their mossy tombs remain. We shall also be forgot. This lofty house shall fall. Our sons shall not behold the ruins in grass. They shall ask of the aged, "Where stood the walls of our fathers?"
. . . . Raise the song, and strike the harp; send round the shells of joy. Suspend a hundred tapers on high. Youths and maids begin the dance. Let some grey bard be near me, to tell the deeds of other times; of kings renowned in our land, of chiefs we behold no more. Thus let the night pass until morning shall appear in our halls. Then let the bow be at hand, the dogs, the youths of the chase. We shall ascend the hill with day, and awake the deer.

Schubert ne conserve dans le texte de Harold que les deux interventions extrêmes : le Premier Barde et le Maître.

C'est pour cela que la corrélation est très forte entre les deux parties : le maître de cérémonie reprend en réalité des essais très répétés, avec des motifs communs. Ce n'est donc pas une contradiction portée directement au Barde, lorsqu'il recommande d'abandonner, en en faisant le catalogue, les sujets qu'il a abordés. Simplement, le jour se lève et la fin de la cérémonie doit être prononcée.

Erster Bard :
Die Nacht ist dumpfig und finster.
An den Hügeln ruhn die Wolken.
Kein Stern mit grünzitterndem Schimmer;
kein Mondstrahl erhellet das Thal.
Im Walde hör' ich den Hauch;
aber hör' ihn weit in der Ferne.
Der Strom des Bergs erbraust;
aber sein Brausen ist stürmisch und trüb.
Vom Baum beim Grabe der Todten,
tönt der Eule klagender Sang.
Auf der Heide erblick'ich einen dämmernden Schatten,
es ist ein Geist,
er schwindet, er flieht!
Durch diesen Weg wird eine Leiche getragen,
ihren Pfad bezeichnet das Luftbild.
Die fernere Dogge heult von der Hütte des Hügels,
der Hirsch liegt im Moose des Tannigs,
neben ihm ruht die Hundin,
in seinem astigen Geweihe hört sie den Wind,
fährt auf und legt sich zur Ruhe wieder nieder.

Düster und keuchend, zitternd und traurig,
verlor der Wanderer den Weg,
er irrt durch Gebüsche, durch Dornen längs
der sprudelnden Quelle.
Er fürchtet die Klippe und den Sumpf,
er fürchtet den Geist der Nacht.
Der alte Baum ächzt zu dem Windstoß,
es kracht der fallende Ast.
Die verwelkte, zum Knäuen verworrene Klette,
treibt der Wind über das Gras.
Es ist der leichte Tritt eines Geist's,
er bebt durch die Schauer der Nacht.

Die Nacht ist düster, dunkel, und graunvoll,
wolkig, stürmisch zu eigen den Geistern.
Die Todten streifen umher.
Empfangt mich von der Nacht, meine Freunde.

Der Häuptling:
Laß Wolken an Hügeln ruh'n,
Geister fliegen und Wand'rer beben,
laß die Winde der Wälder sich heben,
brausende Stürme das Thal durchweh'n,
Ströme brüllen, Fenster klirren,
grünbeflügelte Dämpfe ziehen,
den bleichen Mond sich hinter dunklen Hügeln erheben,
oder sein Haupt in Wolken verhüllen;
die Nacht scheu'ich nicht,
die Luft sei klar, stürmisch, oder dunkel;
sie entflieht vor dem Strahl, wenn er die Hügel vergoldet.

Der junge Tag kehrt vom fernen Osten,
aber wir kehren nimmer zurück.
Wo sind uns're Führer der Vorwelt?
Wo sind uns're weit berühmten Gebieter?
Schweigen deckt die Felder ihrer Schlachten,
kaum sind ihre moosigen Gräber noch übrig.
So wird man auch unser vergessen.
Dieser mächtige Bau wird zerfallen,
unsere Enkel werden die Trümmer im Grase nur erblicken.
Sie werden die Greisen befragen,
"Wo standen die Mauern unsrer Väter?"

Stimmt an den Gesang, greift rasch in die Saiten!
Fröhlich erklinge der Becher im Kreis.
Der Fackeln Lichtglanz erleuchte die Halle.
Jünglinge, Mädchen beginnet den Tanz!
Ruft mir den sangbegabten Barde,
uns die Taten der Vorwelt zu künden,
von Königen, berühmt in unserm Land,
von Helden, die schon längst dahin.
Laß die Nacht also vergehen,
bis der Morgen im Thor des Ostens erscheinet.
Dann rüstet zur Jagdlust den Bogen,
die Doggen, das muthige Ross,
wir werden die Hügel im Frührot besteigen,
und die Hirsche erwecken.

Texte très sympathique, de surcroît, avec de beaux climats.

--

4. Structure

Plutôt qu'un commentaire global, qu'on a au demeurant rapidement produit en introduction, on propose plutôt, faute d'avoir le temps de proposer une traduction d'un texte aussi étendu, un découpage structurel à l'auditeur.

Revoici le son :


Die Nacht par le membre unique du Lutin Chamber Ensemble.


Erster Bard :
Die Nacht ist dumpfig und finster.
An den Hügeln ruhn die Wolken.
Kein Stern mit grünzitterndem Schimmer;
kein Mondstrahl erhellet das Thal.

C'est la nuit. Après l'introduction attentive, on entend un rythme calme se mettre en place - contemplation.

Im Walde hör' ich den Hauch;
aber hör' ihn weit in der Ferne.

Premier bruissement lointain.

Der Strom des Bergs erbraust;
aber sein Brausen ist stürmisch und trüb.

On entend le fleuve (figuralisme pianistique, puis accords simples, où tout passe par la déclamation). On l'a déjà dit dans ces pages, mais le figuralisme schubertien mime plutôt l'impression de l'auditeur que le bruit lui-même.

Vom Baum beim Grabe der Todten,
tönt der Eule klagender Sang.
Auf der Heide erblick'ich einen dämmernden Schatten,
es ist ein Geist,
er schwindet, er flieht!

Depuis le cimetière, ou quelque tombe isolée (reprise du motif d'introduction), la chouette pousse sa plainte sinistre (agitation du motif). C'est alors qu'apparaît le fantôme, qu'on pressentait, et qui apparaît un instant (motif assez diaphane, avec petite polyphonie entrecoupée de silences). Point d'orgue et évanouissement de la musique.

Durch diesen Weg wird eine Leiche getragen,
ihren Pfad bezeichnet das Luftbild.

Sur une basse obstinée en si, une musique funèbre qui accompagne quelque cérémonie. (Toute cette atmosphère d'isolement funèbre rappelle bien entendu furtivement le sort de Ceux qui parmi les morts d'amour / Ont péri par le suicide.)

Tout cela s'interrompt à nouveau.

Die fernere Dogge heult von der Hütte des Hügels,
der Hirsch liegt im Moose des Tannigs,
neben ihm ruht die Hundin,
in seinem astigen Geweihe hört sie den Wind,
fährt auf und legt sich zur Ruhe wieder nieder.

On observe le sommeil agité du berger et de ses bêtes.

Düster und keuchend, zitternd und traurig,
verlor der Wanderer den Weg,
er irrt durch Gebüsche, durch Dornen längs
der sprudelnden Quelle.
Er fürchtet die Klippe und den Sumpf,
er fürchtet den Geist der Nacht.

Apparaît la figure du voyageur, avec son accompagnement bondissant. Moment un peu plus lyrique, un peu plus structure musicalement, avec un thème et un accompagnement identifiables. Le voyageur est perdu, il est aussi épouvanté par le fantôme.

Der alte Baum ächzt zu dem Windstoß,
es kracht der fallende Ast.
Die verwelkte, zum Knäuen verworrene Klette,
treibt der Wind über das Gras.

Tout à coup, craquement d'une branche arrachée par le vent au vieil arbre gémissant ; comme une explosion ; les accords descendants sont tous accentués. S'ensuivent des tourbillons au piano.

Es ist der leichte Tritt eines Geist's,
er bebt durch die Schauer der Nacht.

... et à nouveau paraît le fantôme. Le silence se fait, l'accompagnement devient aphasique, ne progresse plus, se suspend.

Die Nacht ist düster, dunkel, und graunvoll,
wolkig, stürmisch zu eigen den Geistern.
Die Todten streifen umher.
Empfangt mich von der Nacht, meine Freunde.

Avec d'autres mots, on revient à la même nuit épaisse et obscure. Mais de plus, elle est pleine de fantômes - qui n'en sont pas moins les amis du poète rêveur, n'est-ce pas. Superbe fin en majeur.

--

On a ménagé logiquement une pause entre les deux 'tirades' (que nous avons cela dit enregistrées attacca), pour ne pas briser l'atmosphère. Car sur un mi bémol majeur triomphant qui appelle déjà à la chasse, le Chef des bardes annonce l'aube.

Der Häuptling:
Laß Wolken an Hügeln ruh'n,
Geister fliegen und Wand'rer beben,
laß die Winde der Wälder sich heben,
brausende Stürme das Thal durchweh'n,
Ströme brüllen, Fenster klirren,
grünbeflügelte Dämpfe ziehen,
den bleichen Mond sich hinter dunklen Hügeln erheben,
oder sein Haupt in Wolken verhüllen;

Le Maître passe en revue les motifs évoqués par les bardes, et commande d'en rester là. Moment assez peu mélodique, avec accompagnement agité.

die Nacht scheu'ich nicht,
die Luft sei klar, stürmisch, oder dunkel;
sie entflieht vor dem Strahl, wenn er die Hügel vergoldet.

Invocation enflammée (première apparition du motif descendant avec ses nobles triolets), puis tendre, du jour qui se lève.

Der junge Tag kehrt vom fernen Osten,
aber wir kehren nimmer zurück.

... avec, toutefois, une touche d'amertume sur la condition de l'humain qui, contrairement au jour, ne renaît pas.

Wo sind uns're Führer der Vorwelt?
Wo sind uns're weit berühmten Gebieter?

Invocation récitative qui se répètera plusieurs fois.

Schweigen deckt die Felder ihrer Schlachten,
kaum sind ihre moosigen Gräber noch übrig.
So wird man auch unser vergessen.

Accompagnement en octaves nues au piano, sans unisson avec le chanteur, pour quelque chose d'un peu sinueux et mélancolique : la question de l'oubli des Anciens.

Dieser mächtige Bau wird zerfallen,
unsere Enkel werden die Trümmer im Grase nur erblicken.
Sie werden die Greisen befragen,
"Wo standen die Mauern unsrer Väter?"

Moment très touchant de la déclamation à nu : Ces puissants remparts s'effondreront, / Nos petits-fils verront les décombres dans les herbes. / Ils demanderont aux anciens : / "Où sont les murailles de nos Pères ?
Avec un vrai pouvoir d'interrogation dans la prosodie ménagée par Schubert.

Stimmt an den Gesang, greift rasch in die Saiten!
Fröhlich erklinge der Becher im Kreis.
Der Fackeln Lichtglanz erleuchte die Halle.
Jünglinge, Mädchen beginnet den Tanz!

Moment étrange, où la danse apparaît de façon totalement décalée, mi-gracieuse, mi-prosaïque, mais délicieuse néanmoins. Le souci de rester proche au maximum du texte conduit parfois à cet aspect très... rhapsodique.
Néanmoins, la puissance de poésie est telle chez Schubert qu'on ne peut guère s'en plaindre ; la force d'évocation et de climat de l'accompagnement, la justesse de la prosodie dans la partie vocale assurent un résultat tout à fait émouvant, pour peu que l'interprète ne le chante pas de façon trop 'vocale'.

Ruft mir den sangbegabten Barde,
uns die Taten der Vorwelt zu künden,
von Königen, berühmt in unserm Land,
von Helden, die schon längst dahin.

Retour du thème noble en triolets (sixtes descendantes), à l'occasion de la demande de récits épiques.

Laß die Nacht also vergehen,
bis der Morgen im Thor des Ostens erscheinet.
Dann rüstet zur Jagdlust den Bogen,
die Doggen, das muthige Ross,
wir werden die Hügel im Frührot besteigen,
und die Hirsche erwecken.

Etrange conclusion, donc, avec l'évocation de la chasse, dont Schubert ne semble pas trop savoir que faire. Très beau, mais cela mène à quelle conclusion ? La corruption de ce qui nous est parvenu ne permet pas, en tout état de cause, de répondre à cette question.
En plus du caractère récitatif, qui réclame une connaissance un peu précise du texte pour être apprécié, le manque de fin satisfaisante a sans doute encore un peu plus défavorisé la présence de cettte oeuvre longue dans les programmes de récital sur scène ou en studio (à part dans les intégrales, ça ne se trouve pas).
Pourtant, si on s'en tient aux cent premières mesures, on dispose d'une superbe fin poétique en sol majeur.

--

5. Téléchargement

Comme il s'agit d'attirer l'attention sur des oeuvres peu pratiquées, autant en rendre la fréquentation plus commode qu'en se connectant à CSS. Car il n'en existe pas de version du domaine public.

[On ne va pas recommencer notre couplet sur le caractère imparfait de la captation : il s'agit de défricher du répertoire, pas de fournir un rendu technique parfait. Il faut faire un choix entre le fini technique et la quantité découverte - on le fait ici, et on l'assume.
Si on veut quelque chose de fiable, il faut absolument acheter le disque de Rolfe-Johnson / Johnson chez Hyperion, qui est excellentissime.]

On peut donc charger les deux parties de La Nuit de Schubert d'après Ossian sur nos serveurs :


Autant le dire clairement : d'un point de vue farfadesque, il s'agit indubitablement d'un des plus beaux lieder de Schubert, et de l'une des plus belles expressions de récitatif de tous les temps, à mettre aux côtés d' « A la voûte azurée » de la Damnation de Faust.

Et c'est un délice à jouer, accessoirement.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1258

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(28/5/2011)

Chapitres

Calendrier

« mai 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031