Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Erwin SCHULHOFF - Flammen ou la pornographie allégorique (1), Genèse


Schulhoff a tout du parangon des compositeurs classés comme dégénérés par les nazis : destructeur des formes traditionnelles, novateur, provocateur, grand amateur de jazz [1] et de sujets psychanalytiques et érotiques.

Tous ces éléments se retrouvent dans son unique opéra, qu'il vivait lui-même comme une épreuve qualifiante : Flammen.

--

Le long interlude qui relie les scènes 1 et 2 du premier acte de Flammen, et brasse plusieurs des composantes stylistiques présentes dans Flammes - radiodiffusion de la représentation donnée le 21 mai 2005 au Concertgebouw d'Amsterdam par le grand spécialiste des décadents Edo de Waart, à la tête du - toujours formidable - Orchestre de la Radio Néerlandaise :


Lire la suite.

Notes

[1] C'est dans une boîte de jazz qu'il rencontre sa femme Alice, à qui Flammen est dédié.




--

Genèse

C'est par Max Brod - qui est un peu plus que l'exécuteur testamentaire de Kafka - que Schulhoff fait la connaissance de Karel Josef Beneš. Ils produisent ensemble le ballet Ogelala en 1925, inspiré par l'histoire du Mexique ancien. Parfois présenté comme un écho au Sacre du Printemps, l'oeuvre, quoique moderne, s'inscrit dans le versant 'cabaretier' de Schulhoff, et sans la mélancolie de Weill ou la profondeur de ton de Stefan Wolpe. Très joyeux, d'un coloris étonnant mais jamais grinçant, l'oeuvre joue des rythmes de fox-trot dans une modernité qui n'a rien de complexe ou d'inquiétante.

Il en ira tout autrement de l'autre fruit de leur collaboration, durant une période de grande exaltation créatrice pour Schulhoff. Alors que la partition orchestrée était déjà écrite (sur le livret traduit en allemand par Max Brod), son éditeur habituel (Universal [1]) rejette l'oeuvre (sur la foi de la réduction piano qui lui a été transmise), arguant (en substance) de ce que la présentation d'idées dissociée de toute conception scénique ne constituait pas un opéra.
Avec une parfaite justesse d'ailleurs, puisque nous aurions dit, nous, en cet an de grâce 2008, qu'il s'agissait d'un oratorio philosophique et non pas d'une action scénique, même profondément inspirée et problématisée.

Ce refus a lieu en 1928 ; les éditions Schott rendent un verdict similaire à cause de la teneur du livret. Schulhoff entreprend alors en vain de trouver un lieu pour se faire jouer. Ce sera finalement en janvier 1932, dans une traduction tchèque [2] et un effectif un peu réduit côté vents que l'opéra trouvera preneur pour les cinq représentations du vivant de Schulhoff, à Brno. [3] L'accueil de la presse, plutôt bon, n'assure pas la survie de l'oeuvre.

Malgré la tentative de refonte en trois actes, en vue d'être joué à Berlin, l'oeuvre demeurera sans reprise jusqu'à ce que, sauf erreur, John Mauceri s'en empare en 1995 (les représentations en ont été publiées par Decca, dans la collection désormais sans suite et indisponible Entartete Musik). Depuis, quelques représentations ont eu lieu en Europe.
De cette refonte, il ne nous reste guère que la scène de la Tempête (précédant le Dialogue avec la Mer), et explicitant plus nettement la mort et le personnage de Marguerite, ainsi que le rapport de Juan avec elle et leur tragédie (plus ou moins) commune. L'orchestration a marginalement été retouchée. On sait par ailleurs que les esquisses de cette seconde version existent, mais à moins de fouiller dans les bibliothèques européennes, pour en connaître la teneur... Il ne manque donc pas, comme on l'entend parfois, de troisième acte : il s'agissait surtout d'augmenter le nombre de saynètes, une sorte d'expansion interne du drame, qui aurait peut-être fini exactement au même endroit que la première version...

Il est à noter que l'échec relatif de Flammen et le rejet du Schulhoff sérieux par les institutions éditoriales marque - coïncidence ou rapport logique, on ne sait - d'une certaine façon une césure dans sa manière de concevoir la composition : depuis lors, l'esprit de sérieux, déjà fortement bousculé, disparaît largement de son oeuvre. C'est aussi l'époque où Schulhoff met en musique le Manifeste du Parti Communiste, avant de servir d'émissaire du milieu musical en Union Soviétique et d'en recevoir la nationalité en 1941. Au mauvais moment, puisque la dénonciation du pacte de non-agression germano-soviétique fait de lui un ennemi de l'intérieur ; interné à Prague, il se retrouve en Bavière dans le camp de Wülzburg (en tant que prisonnier politique, et non comme avant-gardiste subversif, juif ou homosexuel, toutes choses qu'il était par ailleurs...), où il meurt - logiquement - de tuberculose en 1942, après un an d'internement.

--

Cela pour quel résultat ? C'est ce que vous pouvez déjà partiellement entendre, et c'est ce que nous verrons.

Notes

[1] Egalement l'éditeur d'Alma Schindler-Mahler, de Franz Schreker et d'Alexander Mosolov - ce n'était pas la boutique octopiforme frileuse que l'on connaît aujourd'hui.

[2] Bien la peine de mandater Max Brod pour défigurer en allemand l'original tchèque...

[3] Le célèbre chef tchèque Zdeněk Chalabala, réputé en particulier pour sa Rusalka discographique avec Milada Šubrtová, dirigeait la création.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1059

Commentaires

1. Le dimanche 26 octobre 2008 à , par lou :: site

Bonsoir David,
l'interlude est prometteur !

Schulhoff met en musique le Manifeste du Parti Communiste

wooosh ! on peut écouter ?
Et toi, tu sais arranger, composer, tu pourrais mettre en musique le Borloo ?
C’est jaune, c’est moche, ça ne va avec rien, mais ça peut vous sauver la vie : rappel des mesures en vigueur au 1er octobre 2008 pour renforcer la sécurité des usagers de la route...
Pour un rappeur, c'est trop facile ! Je demande un oratorio.
Parce que tu le vaux bien.

2. Le dimanche 26 octobre 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Ne me tente pas ! Tu ne sais pas de quoi je suis capable...

(Pour le Schulhoff, il en manque déjà suffisamment au disque, je ne sache pas que ça ait été publié un jour...)

3. Le dimanche 26 octobre 2008 à , par lou :: site

Pas d'enregistrement, soit, mais s'il y a une partition (sans t'obliger ni te presser), je SAIS de quoi tu es capable.
Et réciproquement :§ !

4. Le dimanche 26 octobre 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Certes, il existe forcément une partition, mais je doute de la trouver chez mon revendeur habituel (oui, celui qui me fournit les Decaux ou Roslavets)...

Si tu me l'offres, promis, je la chanterai pour le premier mai prochain, ou pour la saint Lou.

5. Le mercredi 5 novembre 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

L'auteur du site-ressource http://claudet.club.fr/ vient de me contacter très gentiment pour me préciser que l'oeuvre avait été enregistrée, non pas en CD (il ne faut pas pousser), mais à l'époque où les communistes avaient encore des dents*, dans un magnifique coffret de vinyle Supraphon.

Il m'en fournit également la distribution que je vous reproduis telle quelle :

Marcela Machotkova, soprano
Blanka Vitkova, contralto
Jiri Zahradnicek, ténor
Antonin Svorc, basse
Prague Radio Chorus, Milan Maly
Kûhn Children Chorus, Jiri Chvala
Prague Radio Symphony Orchestra
Frantisek Vajnar
Supraphon LP 1 12 2100
Smetena Hall, Prague
20-21 Septembre 1976




Merci à lui pour l'information (exclusive) !


* (voilà ce que c'est que de mâchouiller des couteaux...)

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« octobre 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031