Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Revues de représentations

Visionnages de lutins.

Où il est question d'un Faust en plein air et d'un Hermann en robe de chambre.

Références :

  • Gounod - Faust - Plasson, Joël, Orange 2008 (France 2) - Mula, Lemieux, Alagna, Lapointe, Pape
  • Tchaïkosky - La Dame de Pique - Rozhdestvensky, Dodin, Paris Bastille (TDK) - Papian, Bogatcheva, Galouzine, Tézier, Putilin

--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=1018

Commentaires

1. Le vendredi 15 août 2008 à , par DavidLeMarrec

Mystères de l'arithmétique... plus de visiteurs ont ouvert l'article que ceux qui ont visité les entrées indiquées [dss] !

2. Le vendredi 15 août 2008 à , par Morloch

C'est normal, les articles de fond sont sur CSS et les brèves sur DSS.

Les lecteurs avides d'informations développées lisent CSS et dédaignent DSS.



J'ai bon ?

3. Le vendredi 15 août 2008 à , par DavidLeMarrec

Si seulement...

Malheureusement, quand je parle de Madame la Présidente, j'ai trente fois plus de visites en deux jours (alors que sur le sujet je dois être au fond de Google : ce sont donc des habitués !) qu'en un mois sur Gaston Salvayre ou même Clara Wieck-Schumann...

Donc il doit y avoir une autre explication.

Cela dit, je reconnais bien volontiers que DSS est plus ou moins un dépotoir où j'entasse tout ce que je n'aurais pas osé publier sur CSS... Alors, sans doute que les vrais esthètes distingués qui peuplent CSS, bardés de leurs diplômes prestigieux, ne se risquent pas dans ce bouge.


A propos de bouge, tu rouvres quand ton bistrot ? La fermeture annuelle s'éternise un peu, on commence à avoir terriblement peur.

4. Le vendredi 15 août 2008 à , par lou :: site

Pas de mystère ! on part de deux lignes + quelques références qu'on ne lit pas et, quand on clique vers dss, ça fait un choc.

J'ai lu, quand même. Je suis très curieux de ce contre-ut (pas très intéressant dans l'histoire mais toujours attendu d'un certain public) en falsetto.
Je suis fan de Roberto !
[auto-proclamé, tu confonds avec Pavarotti]

Comment peux-tu connaître ce qui se passe à Orange ? voilà le mystère.
Il y a en général des retransmissions sur FR3 quelque temps après.
Comme je n'ai pas de magazine, je ne suis pas sûr de suivre, mais tu nous aideras, David ?

5. Le samedi 16 août 2008 à , par DavidLeMarrec

Non, non, il l'a bien dit çà et là. Et sa femme, en tout cas, le répète à qui veut l'entendre.

Mais lorsque lui le fait, c'est avec une telle ingénuité, une telle franchise qu'on a peine à lui en vouloir.

En l'occurrence, il y a eu une retransmission en direct pour Orange, et j'ai de surcroît mes informateurs dans la place pour les jours précédents.


Effectivement, le contre-ut est très attendu, très peu musical ici (mais exigé par le créateur du rôle), et sans grand intérêt. Lorsqu'il est placé à un endroit clef, on y attache plus d'importance, mais en l'occurrence...
Néanmoins, vu les critiques, je me suis senti obligé de lui rendre justice, d'autant que c'était d'un goût parfait.

Vers 1'25, on le voit ici : http://fr.youtube.com/watch?v=cC21zO1lcXs , mais c'est en répétition, et donc beaucoup moins investi, juste bien fait. On ne trouve manifestement pas l'aigu en question sur la Toile.

6. Le samedi 16 août 2008 à , par lou :: site

Eh bien ! dans l'illustration que tu proposes, David,
http://fr.youtube.com/watch?v=cC21zO1lcXs
je trouve Roberto Alagna remarquable de simplicité.
Il craint pour Paillasse, c'est vrai qu'après Caruso, il faut tenir la voix.
Tu as remarqué qu'il était pieds nus dans l'herbe du matin ? c'est pour les ions négatifs (qui sont positifs pour la forme) et c'est un dopage autorisé :)

Pour la Demeure chaste et pure, c'est tout de même la partition qui est tordue - et j'aime beaucoup le Faust de Gounod, j'ai des goûts populaires.

Ici,
http://fr.youtube.com/watch?v=sTnS8hv8YvI
Roberto Alagna, un peu plus jeune, n'est pas bon.

Là,
http://fr.youtube.com/watch?v=CDHZUcvvr4M&NR=1
Alfredo Kraus, pô mieux !

Celui qui s'en sort à peu près,
http://fr.youtube.com/watch?v=-m_Jas-OEFE
c'est Nicolai Gedda.
Et ça doit dater des années '50.

[j'ai fait ce que j'ai pu, hier, sur Libellus, pour t'initier au cinéma d'après 1950, mais je sais que la cause est perdue - si tu te mets au travail, tu auras les Ch'tis, pour la pédagogie, et Pirates des choses n° unprintable pour la veille de Noël ! Marcel L'Herbier, c'est has been !]

7. Le samedi 16 août 2008 à , par DavidLeMarrec

Alagna en 2004, c'est un mauvais soir à ce qu'il semble. La voix garde son métal italien d'origine, mais sans rayonnement. Peut-être une difficile transition. C'était mieux en 2005, 2006 et 2008. Mais un mauvais soir chez Alagna, ça reste un régal, la diction, l'incarnation.

Kraus, je n'aime pas beaucoup, c'est tout en force, uniquement vocal, mais la voix est superbe, c'est incontestable. Pour Gedda, ma foi, lui aussi est dans un mauvais soir, c'est extrêmement baveux, et le français est mauvais. En revanche, son incarnation prédatrice est intéressante.

Je suppose que tu parlais du contre-ut, vu tes commentaires ? En effet, ce n'est pas très plaisant, ces sons forcés à pleine voix, et c'est encore Gedda (à condition de supprimer les consonnes et d'indifférencier les voyelles) qui peut en produire un glorieux. Pas de négociation possible, dans ces cas, mieux vaut le falsetto.

[[Oui, je vois bien, mais c'est mal parti, avec tes non-esthètes revendiqués. Cela dit, j'aime beaucoup le premier [i]Gendarme, pour l'intrigue, mon goût pour le boulevard - alors tout est possible. ]]

8. Le samedi 16 août 2008 à , par lou :: site


Orange 2004, c'était Carmen pour Roberto Alagna ? Il ne me paraît pas mauvais. Il était très bien avec une excellente Carmen, le problème c'est qu'avec une Micaëla cata, il était à la limite de la justesse. Phénomène bien connu, si tu chantes à côté de quelqu'un qui chante faux (c'est dit brutalement, mais j'ai un enregistrement), tu chantes faux. On essaie ensemble, tu ne tiendras pas une minute, ne serait-ce quà cause du fou rire !

9. Le samedi 16 août 2008 à , par DavidLeMarrec

Ce devait être Carmen en effet. Ton excellente Carmen, c'est celle qui est diplômée de théâtre de l'université d'Oulan-Bator ? :-) Elle fait une (brillante) carrière sur ce rôle, en tout cas, malgré les préventions des uns et des autres (moi en particulier) sur sa technique toute tassée et surtout sa diction souvent très... secondaire.

En effet, Alagna était en grande forme, et aux côtés du toréador grand seigneur de Ludovic Tézier. Chung, de surcroît, a donné le meilleur de lui-même ce soir-là, avec un savoir-faire très impressionnant dans les nuances qui font sens.

Norah Amsellem a fait son cheval de bataille de Micaëla, mais comme toi, je n'en raffole pas, la voix est opaque (et moins en place que d'autres en effet, même si ça reste tout à fait honorable !), la diction floue, la caractérisation mince. De là à parler de cata, oh non.

10. Le samedi 16 août 2008 à , par lou :: site

Béatrice Uria-Monzon, je n'ai pas cherché à savoir d'où elle venait, je ne sais même pas si je l'ai écoutée. Je l'ai regardée, parfois, on entend mieux ainsi...

En 2005, à Orange, c'était La Bohème, avec Mimi - Angela Gheoghiu. Superbe, et pas seulement le couple vedette. Quand on se connaît à la ville, ça peut être encore plus beau à la scène. Encore qu'il y ait eu des couples comme celui de Fred Astaire et Ginger Rogers qui ne s'entendaient vraiment bien qu'au cinéma.
Tu vois que je choisis mes références pour tes préférences.

11. Le dimanche 17 août 2008 à , par DavidLeMarrec

Béatrice Uria-Monzon a étudié à Bordeaux, avec son ex-mari Lionel Sarrazin (si j'en crois ce qui est la presse publique chez ses élèves - je n'ai pas été vérifier). Elle revient régulièrement à Bordeaux pour servir des causes par son nom - et aussi, à une époque, pour chanter à l'Opéra, mais elle semble moins programmée, sans doute en raison de la progression impressionnante de sa carrière.

En effet, elle est plutôt bonne actrice, particulièrement dans Carmen.


Pour Bohème, je n'ai pas vu, je n'ai pu parvenir au bout de l'oeuvre qu'en allant dans une salle l'écouter (il n'y a pas si longtemps). Une oeuvre réellement bien faite, un petit bijou, mais qui pour diverses raisons n'est pas véritablement taillée pour moi. Les Alaghiu le chantent depuis très longtemps, j'imagine que le résultat doit être très bon. Mais les choix de Madame ont hélas poussé encore un peu plus Monsieur à chanter plus italien et plus lourd, ce qui n'était pas nécessairement bon pour sa voix, ni le domaine où il s'épanouit de la façon la plus superlative. Ca reste excellent naturellement, et particulièrement dans le vérisme (mais contrairement à d'autres titres, il y a ici de la concurrence plus que sérieuse pour lui).

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(16/5/2012)

Chapitres

Archives

Calendrier

« août 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031