Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

A la découverte de la mélodie française - parcours discographique commenté - II - Esprit de salon vs. Esprit français

} Etrangers (suite)

Gioacchino ROSSINI

Description :
Dans ses Péchés de vieillesse. On hésite à l'inclure, tant le ton reste celui de la mélodie italienne. Essentiellement lyrique, assez distant de ses textes de toute façon anecdotiques (Pacini). On cherche surtout la séduction mélodique, la petite couleur agréable. Nous sommes en réalité encore dans le paradigme de la romance, en deçà donc de l'ensemble qui nous occupe (la mélodie française proprement dite). [Y compris pour les chansons à boire, qui tiennent plutôt des opéras en un acte de Boïeldieu.]
Pas mal de pièces de caractère qui rappellent la chanson napolitaine (le chant du bébé), voire évoquent explicitement Naples.

Disque recommandé :
Thomas Hampson, Geoffrey Parsons (EMI). Voir commentaire ci-après.

Giacomo (Jakob) MEYERBEER

Description :
Des oeuvres encore légères et badines, mais avec une recherche toujours personnelle. Exactement la perspective de Berlioz.
On y retrouve beaucoup de fausses bluettes, avec un arrière-plan, sinon leste, un rien malicieux. Les épisodes y sont caractérisés par l'intervention expressive du piano et la menée souple de la ligne vocale. Beaucoup d'habileté, avec des moyens simples - postmozartiens - pour créer un ton en conformité avec le texte. On peut parfois y retrouver les rythmes balancés du meilleur Zelter.
Pas renversant musicalement, mais des textes charmants très bien caractérisés.

Disque recommandé :
Thomas Hampson, Geoffrey Parsons (EMI). Couplé avec des lieder de Meyerbeer et des mélodies françaises et italiennes de Rossini. Toujours extrêmement travaillé, comme de coutume, chez Hampson, à une époque de surcroît où le timbre est dans sa plus grande gloire. Le souci d'allègement de la pâte vocale et d'exaltation du texte sont permanents.
Français parfaitement dit et très précisément compris, est-il besoin de le préciser. (Seul l'italien est ici très moyen - y compris stylistiquement, par un excès d'intentions sur des pièces qui n'en sauraient porter tant...)




} Esprit de salon

  • Gounod - MELODIES
    • Oeuvres assez fades, très plates harmoniquement et rythmiquement, dispensables. Version à déterminer.
  • Massenet - MELODIES
    • Des oeuvres assez convenues, fades. Version discographique à déterminer.



} Esprit français

Chabrier - MELODIES (INTEGRALE) - Mellon, Leguérinel, Tillard (Timpani)

Toujours au service d'un pittoresque si personnel, la mélodie de Chabrier se trouve ici magnifiée par l'incandescence verbale (et le timbre de lait hors du commun) d'Agnès Mellon. Précision et imagination sont aussi le lot de ses deux partenaires.



Camille SAINT-SAËNS

Description :
Une écriture tout en équilibre entre la naïveté touchante de la romance et la recherche littéraire (souvent sur des textes de très bonne qualité). On y retrouve la légendaire sagesse musicale de Saint-Saëns - souvent brocardée sous le nom d'académisme -, mais aussi la très large palette de son savoir-faire. Les choix parfois étonnants dans la mise en musique, homogènes au cours d'une pièce, mais souvent en décalage avec la lecture spontanée d'un poème, attestent d'une réflexion et d'une familiarité avancée avec ces poètes.

Disques recommandés :
1) François Le Roux, Graham Johnson (Hyperion).
Une sélection très judicieuse, mêlant quelques tubes (Le Pas d'Armes du roi Jean, la Danse Macabre) et fables de La Fontaine avec de plus rares mises en musique de textes classiques, et quatre des six rêveuses Mélodies Persanes (il manque hélas la superbe Splendeur vide, dont j'ignore si elle a déjà été enregistrée). Les tempi pris sont assez larges, le piano pas follement idiomatique, et pourtant le tout dégage une séduction très sûre. La force d'une très belle imagination.

2) José van Dam, Jean-Philippe Collard (EMI).
Une sélection d'oeuvres intéressante au sein d'un vaste récital très peu cher chez EMI (où l'on trouve, entre autres choses, la seule version discographique de l'Intermezzo de Ropartz avec piano). Piano d'une définition et d'une force plus que remarquables de Jean-Philippe Collard, sculptural avec élégance, et lecture très vigoureuse de van Dam, à l'inverse des préciosités de Le Roux. [En raison du peu de pièces présentes et de la pensée plus globale de van Dam, on préfèrera cependant sans hésiter le disque Hyperion.]


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=924

Commentaires

1. Le mardi 22 avril 2008 à , par Morloch

De Rossini, j'adore la petite pièce " Elégie. Adieu à la vie." chantée sur une seule note, une plaisanterie musicale sur un thème faussement sérieux.

[size=7}Renée pourrait chanter ça... Il n'y aurait pas de problèmes de lié et de portamentos de la même note à la même note. Enfin je ne crois pas.[/size][/size]

2. Le mardi 22 avril 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Bonjour Morloch !

Oui, c'est une pièce qui a sa petite célébrité - mais elle ne figure pas sur le disque que je recommande (surtout pour Meyerbeer, j'en conviens...).

3. Le mardi 22 avril 2008 à , par Morloch

Héééééééé !!! Mais je n'avais même pas repéré la lâche pirouette.

Tatata, pas de faux fuyants. Meyerbeer et Rossini sont-ils français ou desalon ? Non mais !

4. Le mardi 22 avril 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

En fait, ils font partie de la catégorie précédente ("étrangers"). A l'exception de Wagner, ils écrivent tous encore dans le style de la romance, ce n'est pas tout à fait de la mélodie française.

Et même si c'est prévu pour le salon, ce n'est pas ce que je classe dans la mélodie à proprement parler qui aurait un caractère salonnard. :)

De toute façon, le plus intéressant reste à venir, avec Dupont, Halphen et Cras.

5. Le mardi 22 avril 2008 à , par Morloch

Encore râté ! Mais je l'aurai, un jour, je l'aurai !

6. Le mardi 22 avril 2008 à , par Morloch

Encore râté ! Mais je l'aurai, un jour, je l'aurai !

7. Le mardi 22 avril 2008 à , par Morloch

Encore rât...


Bon je vais m'arrêter là.

8. Le mardi 22 avril 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Tiens, il y a de l'écho dans ma grotte.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(31/7/2012)

Chapitres

Archives

Calendrier

« avril 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930