Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


"Je dois tout à Mahler."

Le secret de la composition chez Pierre Boulez.

But there is an eminently practical reason why Mahler had no immediate followers: the Second Viennese School considered shorter pieces to be modern, and no one was especially interested in Mahler's protracted narrative breath. That came only later - for me as well. While you would never say that my music resembles Mahler's stylistically, I have nonetheless been influenced by its fundamental principles: the conception of time and the attempt to wrest continually new standpoints from the same material.

Jolie phrase, n'est-ce pas ? Avec une articulation des différentes parties de la pensée parfaitement huilée. Joli, vraiment.

Traduction maison :

Mais il existe une raison éminemment pratique pour laquelle Mahler n'as pas eu de successeurs directs : la Seconde Ecole de Vienne considérait les oeuvres courtes comme plus modernes, et nul n'était particulièrement intéressé par le souffle narratif prolongé de Mahler. Ce n'est que plus tard que c'est venu - pour moi également. Alors que vous ne diriez jamais que ma musique est apparentée à Mahler stylistiquement, j'ai néanmoins été influencé par ses principes fondamentaux : sa conception du temps et la tentative d'arracher en permanence de nouveaux points de vue du même matériau.

Rassurez-vous, si ça vous en bouche un coin, moi aussi.




Je n'avais pas spécialement remarqué le souffle narratif prolongé chez Pierrot.

Tiré d'une entrevue donnée à la Süddeutsche Zeitung, trouvée dans la partie musicale de Sign and Sight (traduction anglaise, donc). J'y cherchais une critique vibrante (avec quelque raison !) des Gezeichneten de Salzbourg où, une fois de plus, les critiques omettent, tout en en faisant la "référence absolue", de signaler l'existence de coupures très significatives - trente-cinq minutes de musique dont plus d'un tiers du dernier acte manquent, sans parler des dix-sept rôles supprimés...

Pierrot y parle aussi de Chostakovitch.
[Oui, puisque vous le demandez, il y a des restes de viande sur les murs, prévoyez petite cuillère pour pouvoir terminer votre lecture.]


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=521

Commentaires

1. Le mercredi 14 février 2007 à , par DavidLeMarrec

Deux remarques supplémentaires :

- "J'aime écouter Tchaïkovsky à la radio". Décidément, il se ramollit, le Pierrot. Peut-être qu'il pleure même en écoutant Ralph Vaughan-Williams, ou qu'il écoute la Troisième Symphonie de Górecki en cachette ?

- On a droit à une parole assassine sur Strauss ("j'admire sa virtuosité, mais j'ai le sentiment que parfois le contenu était moins important pour lui"), mais il ne dépend pas, le petit hypocrite, l'affirmation erronée comme quoi il ne l'aurait jamais dirigé !
J'en parlais ici tout récemment : un disque avec Also sprach Zarathustra, et même Till Eulenspiegel en concert !
Il ne s'en vante pas, n'est-ce pas, le galopin.

2. Le mercredi 14 février 2007 à , par Morloch

erm... je venais juste m'excuser d'avoir mis le lien sur le forum de Xavier.

J'espère ne pas t'avoir froissé.

Et la comparaison des 2 traductions fera apparaître la subtile élégance de la tienne en comparaison de le mienne, très mal fichue (j'ai pas osé copier la traduction aussi, ça me paraîssait limite grossier...)

Et ça confirme ce que je pensais : Boulez est assez sympa et sa musique est jolie :)

3. Le mercredi 14 février 2007 à , par DavidLeMarrec

erm... je venais juste m'excuser d'avoir mis le lien sur le forum de Xavier.

J'espère ne pas t'avoir froissé.

Je ne suis pas au courant, je ne suis pas passé lire aujourd'hui. [Edit : Je viens de passer dix minutes à chercher ce dont il était question !] Je ne vois pas pourquoi j'en serais marri, au contraire, c'est fait pour servir !


Et la comparaison des 2 traductions fera apparaître la subtile élégance de la tienne en comparaison de le mienne, très mal fichue (j'ai pas osé copier la traduction aussi, ça me paraîssait limite grossier...)

Allez, allez, n'en jetez plus. Ego te absolvo in nomine patris fundatoris et spiritus fori.


Et ça confirme ce que je pensais : Boulez est assez sympa et sa musique est jolie :)

Eh bien c'est parfait, nous sommes d'accord. :)

4. Le mercredi 14 février 2007 à , par jdm

Et tu as osé, un jour, parler de mon élégance dans le fiel ! David, tu es un dandy du venin !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(7/10/2008)

Chapitres

Archives

Calendrier

« février 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728