Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Le disque du jour - XVI - Un Winterreise souriant (Christine Schäfer, Eric Schneider)

Seizième édition, parce que la présentation de Robert Holl, avec recommandation de ses disques, peut faire office quinzième.




Une petite stupéfaction en essayant ce disque.

Je m'efforce de placer plutôt dans cette rubrique des oeuvres un peu rares ou des enregistrements qui me semblent incontestables, mais ici, véritablement, c'est une heureuse surprise plus qu'une référence que je propose.

Ce Winterreise paru chez Onyx est une petite merveille et une grande surprise.




Lassé à force de l'avoir entendu partout, et pas mal pratiqué aussi, je ne pouvais quasiment plus l'entendre. Le pire se rencontrant avec les barytons sombres, peu diseurs - Hans Hotter y joue particulièrement de son timbre bellement lassé plus que de son interprétation, par exemple.

On me sentait un peu mitigé, en novembre 2005, de m'être déplacé à nouveau entendre le cycle dans une interprétation qu'on présentait comme ravageusement nouvelle, et qui me paraissait plutôt pécher par systématisme. Je ne regrette pas d'en avoir parlé, pour d'autres raisons... Mais je trouvais plutôt un mimétisme du baryton lassé par une voix de femme qu'une lecture profondément nouvelle chez Nathalie Stutzmann.

Ce n'est pas une découverte, au demeurant. Les versions pour voix de femme de ce cycle convainquent peu, reléguées au rang d'insolites. Et assurément, Christine Schäfer appartient aussi à cette catégorie. Difficile, tant la consternation masculine de ce cycle est également servie par une ligne musicale totalement pensée pour une voix masculine - et la différence est absolument sensible au chanteur, cette ligne plus massive, moins élancée et ductile.
Encore moins de sopranes s'y sont risquées, alors même que la tonalité originale est assez haute. Il faut dire que l'exemple illustre de Margaret Price laisse songeur. Triste témoignage où la voix se déchire, où l'interprète lutte contre elle-même au lieu de s'attacher au cycle. Sans doute plus dû aux circonstances qu'à la nature de la voix, mais quelle leçon effrayante ! Pourtant, mes informations laissent entendre qu'on donne volontiers dans les conservatoires des lieder du Winterreise à des élèves soprano lyrique.




Dans cette circonstances, pourquoi avoir tenté cet enregistrement ?

Un goût pour l'incongru ? Sans doute, et aujourd'hui encore mes petits camarades ne manquent pas de se moquer de moi à ce sujet.

Une sympathie de longue date, aussi pour Christine Schäfer. Sans être éperdu de ses voyelles un peu grises, parfois indéterminées, tout de même une musicalité, une attention à l'intention, au sens, me font partager une fois de plus les copinages de l'agaçant Gérard Mortier (non, non, nous ne reprendrons pas la BD, il y a un temps pour tout).
Je l'avais beaucoup admirée dans le second enregistrement de ''Pli selon pli'' de et par Boulez, malgré le texte mis en bouillie par les sauts d'intervalles qu'imposait la série.

D'abord, je le crois, comme petite madeleine à tremper dans le thé vert de mes grands souvenirs winterreisiens. Inconsolable que la tournée européenne de Matthias Goerne / Eric Schneider en 2001/2002 n'ait pas abouti à un disque, mais qu'on ait réservé les chichis d'Alfred Brendel pour cet office.[1]
Des retrouvailles joyeuses avec Eric Schneider d'abord, puis la curiosité ; une soprane, et une soprane intelligente dans le Winterreise. Pas forcément avec une diction facile qui plus est.




C'est bien là où survient la stupéfaction. Ce cycle est méconnaissable !

Lire la suite.

Notes

[1] Je produirai peut-être une note à ce sujet, avec un exemple précis et représentatif où le pianiste fait valoir ostentatoirement ses nuances au lieu de soutenir le chanteur à un moment crucial.

... C'est bien là où survient la stupéfaction. Ce cycle est méconnaissable !

Christine Schäfer, qui avec sa voix à l'émission haute, son matériau léger, son aigu facile peinerait à nous faire croire au voyageur tödlich schwer verletzt, choisit une tout autre voie. Elle n'est pas le personnage, cela a déjà été plus ou moins fait.
Soit parce que l'interprète semble un peu extérieur à ce qu'il chante, ce qui est particulièrement sensible si une interprétation féminine n'est pas très incarnée (par exemple Elisabeth Höngen, formidable femme de théâtre un peu égarée ici). Soit parce que l'interprète prend la place d'une sorte de narrateur, qui bien que prononçant les paroles du Wanderer, semble les rapporter entre guillemets. On a pu le dire, par exemple, de Thomas Hampson.

Christine Schäfer est de cette espèce, mais avec une nuance plus que significative : elle n'est pas un narrateur empathique, elle est une conteuse. Une conteuse qui sait quelle est la différence entre la réalité de sa situation et l'histoire qu'elle raconte. Une conteuse qui sourit de son récit, qui se réjouit des difficultés du personnage qui font tendre l'oreille, de ses souffrances si bien décrites, de son auditoire captivé.
Dans une narration inventive mais surtout pudique, jamais appuyée, jamais tentée par le pathos qui ferait prendre à sa voix le risque de la trahir, elle nous conduit en souriant à travers les épreuves de cette homme décrit par Müller, et servi par Schubert.
Et l'on se prend, nous aussi, pour la première fois, à écouter le Winterreise en souriant, tout en lui accordant plein crédit. Nous savons que nous n'y sommes pas, mais nous y croyons.

Cette écoute assez paradoxale et pleinement séduisante tient remarquablement la durée, par une approche renouvelée de chaque lied, véritablement intelligente, pertinente et précise. Toute la chape de tradition qui opacifiait le cycle et sa force à nos oreilles coupablement accoutumées disparaît, et voilà que resurgit, comme vierge, la musique de Schubert, le texte de Müller, moins poignants, mais tout aussi fascinants.

Ce travail n'aurait pas été possible sans Eric Schneider qui modifie largement la conception qu'il avait pu développer avec Matthias Goerne. Toujours ce piano rond, cette extrême musicalité, ce goût du chant pianistique, ce rubato très développé, toujours expressif. Mais ici d'une façon encore différente, et avec des tempi très surprenants. Gute Nacht et Der Wegweiser courent presque, Letzte Hoffnung se suspend, la sinuosité de Mut ! surprend, Das Wirtshaus fait dans son prélude retentir un inquiétant glas et non plus un calme prélude au repos. Et dans le Leiermann, la chanteuse s'impose une voix droite, simple, presque de cabaret, qui finit par se briser comme du cristal sur la dernière note. Saisissant.

Tout ce travail de mise à distance, plein de respect pour le texte littéraire et musical, sans idée de démonstration - on a l'impression que cette optique s'est révélée après coup -, convient parfaitement aux moyens de Christine Schäfer, qui s'applique à prononcer le plus clairement possible pour sa voix haute et ses voyelles indécises.
Et nous ravit.




Je propose ici un extrait significatif.[1] Il s'agit du neuvième lied du cycle, Irrlicht, qui montre à merveille le ton et l'aisance de cette interprétation.

Un voyage en compagnie plus joyeuse que de coutume, chaleureusement recommandé. Bien que récent, disponible pour 10€ chez les bons vendeurs en ligne.

Notes

[1] Je tente ceci, plus facile d'usage pour des raisons de format. Il s'agit d'une liste de lecture qui ne permet pas de télécharger le morceau, qui reste en simple écoute, comme auparavant. En cas de problèmes de compatibilité, utiliser Winamp.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=502

Commentaires

1. Le dimanche 28 janvier 2007 à , par Inactuel :: site

Une version de plus, chouette!
je crois qu'il y a un petit problème d'adresse sur le lien vers la plage musicale que vous proposer:
"\http://musicontempo.free.fr/09-irrlichtwss.mp3", un Alt-Gr-8 de trop en début de ligne.
D.

2. Le dimanche 28 janvier 2007 à , par Xavier :: site

Un extrait délicieux, qui donne envie d'en écouter plus, c'est certain!
Faudra que j'essaie Fassbaender aussi...

3. Le dimanche 28 janvier 2007 à , par DavidLeMarrec

Merci Inactuel ! J'avais fait l'essai, je viens de le refaire, ça fonctionne parfaitement chez moi. Je vais voir en ôtant le premier signe de la ligne. C'est en effet une version que j'ajouterais désormais si je devais faire une liste. :-)

Je suis bien content que ça te plaise, Xavier !

4. Le lundi 29 janvier 2007 à , par Sylvie Eusèbe

Bonjour David.
Je viens de lire avec intérêt, vous vous en doutez, votre appréciation du Winterreise par Christine Schäfer. je n'ai écouté qu'un court extrait à la radio de ce CD quand il est sorti (et je n'arrive pas à écouter l'extrait que vous proposez, il y a une erreur quelque part). Bon, mais je dois vous avouer que ce que j'ai écouté ne m'a pas vraiment marquée. J'ai du mal avec les ténors, et je crois qu'avec les sopranos c'est encore plus difficile pour moi ! Dommage, mais si j'ai l'occasion, je jetterai une oreille plus attentive à ce Winterreise !
Je me permets juste de faire remarquer qu'il me semble que Schubert n'a pas précisé à quelle hauteur de voix il réservait son Winterreise. Il a bien sûr été "obligé" d'écrire une partition qui induit une tessiture, mais il n'a pas écrit sur la partition : "pour voix de baryton et piano" ou "pour soprano et piano". Du coup cela n'exclue aucune tessiture, sans en légitimer aucune.

5. Le mardi 30 janvier 2007 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Sylvie !

J'ai changé un paramètre dans le fichier comme Inactuel le suggérait, ce devrait mieux fonctionner. En tout cas, cela continue de fonctionner chez moi.

Ce Winterreise est assez spécifique, il n'est pas étonnant qu'on puisse y être moins sensible. Surtout lorsque, comme vous le dites, on ne voue pas une affection démesurée aux typologies vocales aiguës.

Pour les autres, je sors tout de même la séquence d'auto-promo, avec cette petite série sur l'histoire et la typologie vocale du ténor.

Schubert n'a pas écrit pour quelle voix, c'est exact. Cependant, nous disposons de larges indices.

- Il écrivait pour sa propre voix, une voix de ténor bien placée, avec manifestement de belles ressources y compris dans l'aigu. On trouve plusieurs la3 dans le Winterreise, ce qui est plutôt haut pour du lied, qui au moment où Schubert s'en empare, reste largement de la chanson populaire, y compris chez Beethoven. Si on regarde de près, outre les nombreuses heures de chants populaires arrangés, Beethoven écrit pour des tessitures assez centrales, et An die ferne Geliebte regorge de thèmes plus ou moins "villageois", ou simples à saisir. On est très loin des mises en musiques dramatiques du jeune Schubert (comme Der Taucher de Schiller, mis en musique in extenso - vingt-cinq minutes de lied ! - ou les Ossian).

- Le Winterreise est vraiment conçu pour une voix masculine. Plus massive, si on veut, avec une base solidement fichée dans le sol. Contrairement aux montées plus souples d'une voix féminine. De la même façon qu'il est difficile pour un homme d'interpréter les lignes élancées de Frauenliebe, la voix de femme est un peu contrainte, un peu tassée dans le Winterreise - surtout pour les sopranes.
Les contralti, avec leur profil vocal un peu barytonnant (pas au niveau de la hauteur, mais de la souplesse), peuvent plus aisément s'en emparer. Entendre Ferrier là-dedans, malgré le flou potentiellement lassant de ses intentions, aurait été une expérience certaine !

6. Le vendredi 23 novembre 2007 à , par Morloch

Alors que nous discutions Chez Xavier de ses épanchements verdiens en Violetta et Gilda, Christine Schäfer sort un disque au programme assez étrange : du Purcell et du Crumb (site de l'éditeur, on peut écouter des extraits en bas de la page).

Elle trouve que ces deux compositeurs à trois siècles d'écart ont beaucoup de points communs et elle cherche à raconter une histoire en intercalant des compositions de l'un et l'autre.

A l'écoute des petits extraits, les passages de Crumb sont splendides, mais le Purcell sonne un peu exotique comme les baroqueux se sont appropriés ce répertoire.

Un drôle d'album.

7. Le vendredi 23 novembre 2007 à , par DavidLeMarrec :: site

Avec Schneider, à nouveau, grande nouvelle !

Voilà plusieurs années que Christine Schäfer joue très régulièrement du Crumb dans ses récitals. C'est un plaisir, pour ma part.

Le Purcell avec piano, évidemment, j'imagine que ça sonne étrange à nos oreilles désormais.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031