Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

A la découverte du LIED, un mode d'emploi - VI - Johannes BRAHMS

La série se poursuit avec un des piliers du répertoire.


3.11. Johannes Brahms

Mais reprenons le cours des compositeurs officiels de lied.

Brahms, bien que pas si présent au concert, comparé à la Sainte Triade Schubert-Schumann-Wolf, et plus loin Berg, occupe une place de choix dans le panorama liederistique, et la discographie en témoigne avec prodigalité.

L'écriture de Brahms n'est sans doute pas la plus accessible, à cause d'une homogénéité de ton à travers le corpus et à travers les oeuvres. De façon très stable, on retrouve la même calme déploration, à peu près omniprésente.


3.11.1. Caractéristiques

Contrairement  aux apparences, l'écriture vocale en est très exigeante, réclamant beaucoup de soutien (ce qui n'est pas aussi indispensable dans Schubert, Schumann, Zelter...), un ambitus peu ostentatoire mais bel et bien tendu vers l'aigu, et une belle qualité de timbre pour rendre ces pièces dans leur plénitude. Car c'est bien plénitude et homogénéité vocales qu'il s'agit d'assurer avant toute chose, et la discographie le révèle éloquemment. On pourrait dire qu'on trouve beaucoup, chez Brahms, une esthétique de la berceuse – berceuse tendue, berceuse sombre, mais berceuse.

Le piano, quant à lui, discret, indépendant, développe un langage de type musique de chambre.
Musicalement, le traitement du lied brahmsien est assez riche, beaucoup de recherche dans les accompagnements tant au niveau du rythme que de l’harmonie. C'est là que réside une large part de l'intérêt de cette production, car on y rencontrera peu de véhémence, pas de contrastes dramatiques lorsqu’ils existent, sont plus spécifiquement musicaux.

La mise en musique suit de près le texte, mais sans porter comme chez Schubert un supplément significatif du sens. Le texte se trouve en quelque sorte accompagné par la musique, une façon de musique de scène, qui aide, mais qui ne signifie pas.


3.11.2. Cycles et séries

Tout le corpus mélodique (très vaste) de Brahms est organisé en séries regroupées par opus, et de façon plus cohérente et moins fragmentaire que chez les deux Schumann. On peut citer quelques standards ou ensembles incontournables :

- Op.33
: Romanzen aus L. Tiecks Maguelone. Les quinze romances tirées de La Belle Maguelonne de Tieck constituent peut-être la porte d'entrée la plus évidente pour cet univers, avec ses accompagnements bondissants dont le tracé rappelle Schumann, avec son ton de rêverie amoureuse, sans doute plus théorisée que chez Müller, mais qui n'en rappelle pas moins des souvenirs schubertiens - il suffit de lire le titre français pour s'en persuader.
- Op.121 : les fameux Vier Ernste Gesänge, pour voix grave et piano. "Quatre chants sérieux", c'est-à-dire sacrés ; méditations sur la mort à la clef. La série la plus connue de toute l'oeuvre de Brahms, à l'aspect imposant, à la technique exigeante. Il s'agit du dernier numéro d'opus publié avant la mort de Brahms, l'opus 122 étant posthume.

On peut aussi relever quelques oeuvres célèbres, comme l'Op.96 n°1 (Der Tod, das ist die kühle Nacht, d'après Heine) ou des séries réussies, tels les neuf numéros de l'opus 32.

[Chacun pourra aisément se repaître du grain de voix qui a sa préférence, de l'épaisseur Christa Ludwig aux acidités de Wolfgang Holzmair, du fait même des caractéristiques du lied brahmsien énoncées précédemment. On peut néanmoins avancer que Fischer-Dieskau, y compris dans les années soixante-dix, constitue une référence assez sûre.]



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=477

Commentaires

1. Le dimanche 12 août 2012 à , par Abnegor

Bonjour !

Grâce à mon intégrale Brilliant, je vais bientôt attaquer le corpus. Par contre, je vois avec horreur qu'ils ont éclaté les lieder de mêmes opus sur l'ensemble des CD. Est-il plus cohérent de recoller les morceaux (même si du coup, ça fera parfois un chanteur différent au sein d'un opus).

Merci aux lutins !

2. Le lundi 13 août 2012 à , par DavidLeMarrec

Salut, content de te lire !

Je viens de vérifier sur la liste, à vue de nez non, pas de problème particulier, les cycles qui ont une cohérence (Maguelonne, Ophelia...) sont conservés. Pour les autres lieder, au contraire, cela permet de les distribuer aux voix les plus pertinentes, individuellement. D'ailleurs je ne l'ai pas encore fait, mais je devrais me l'acheter pour moi, à part un volume pour l'intégrale de CPO, Deutsch n'a guère enregistré de lieder de Brahms.

Ce n'est donc pas si atroce. Tu me diras comment c'est chanté ? Ce sont des gens rompus à ce répertoire, mais pas forcément les plus gracieux...

Merci à toi !

3. Le lundi 13 août 2012 à , par Abnegor

Super, merci !

Pour les voix, je risque d'être assez indulgent : en matière de lied, je ne pratique pour le moment que les joyeusetés mahlériennes, et j'ai aussi entendu un tout petit peu de Schubert. C'est donc encore tout un monde nouveau qui m'attend ^^

4. Le lundi 13 août 2012 à , par DavidLeMarrec

Ce n'est pas une question d'indulgence, ce sont simplement pour certaines (Danz ou Volle, par exemple) des voix un peu épaisses, qui sont très convaincantes dans l'oratorio, qui peuvent l'être dans Mahler, mais qui sont un peu moins adaptées, sur le papier, au lied plus intimiste. Elsner, c'est différent, ça sonne toujours geignard.

Tu me raconteras, parce que ce sont de très bons chanteurs spécialistes, néanmoins, donc je me demande ce qui de leur "nature" ou de leur savoir-faire l'emportera !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031