Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Le Thésée de Lully & Quinault (oeuvre inédite)

L'oeuvre a été redonnée il y a quelque temps, mais il n'existe aucun enregistrement, et je n'ai pas connaissance d'écho sonore de ces représentations.

Je viens de jouer pour la première fois le Prologue et l'Acte I de Thésée. Impressions et commentaires.


Quelques remarques :

  • Lully est décidément le maître incontestable du Prologue. Une animation et un souffle peu communs dans ce répertoire habitent le Prologue au même titre que le reste de l'oeuvre. C'est pourquoi, s'il est acceptable de couper celui de Médée en termes de qualité musicale et d'utilité dramatique, il est totalement incohérent de couper Lully.
  • L'orchestre est assez chiche, une "grande guitare" à l'ancienne. Mais ça module bigrement. C'est à l'opposé des choix de Destouches. Chez Destouches, on a sans cesse une ligne orchestrale mobile, des contrechants très riches et mélodiques, alors qu'ici, on soutient sans cesse le récit. Et ce qui m'avait très fortement agacé dans Omphale (l'absence à peu près totale de modulation, qui crée une monotonie irritante si on n'opère pas de coupures) n'a pas cours ici, ça module régulièrement au sein d'un même air. Sinon, la tonalité dominante demeure, comme c'est d'usage dans la tragédie lyrique. Exemple tout de même frappant : lorsque Destouches change de tonalité entre deux sections, il passe de sol majeur à sol mineur ; lorsque Lully le fait, il passe d'ut majeur à sol mineur. C'est nettement moins raide.
  • Contrairement à Omphale, très peu de reprises au sein des danses, quasiment jamais. Les danses ne sont pas disséminées, mais groupées en fin d'acte, ce qui permet une action plus homogène, moins hachée entre deux répliquettes. Ce qui, accessoirement, permet avantageusement d'en tirer des extraits.
  • Lully utilise volontiers de nombreux personnages allégoriques (plus le temps passe, plus les compositeurs en sont chiches). Au lieu de choeurs et de danses décoratifs qui créent des pauses, voire des ruptures, il préfère utiliser des personnages qui font des récits certes adramatiques, mais qui maintiennent une urgence, en faisant appel à des valeurs conflictuelles. (Valeurs sollicitées par l'action et qui l'éclairent.) Pareil pour les choeurs, qui scandent brièvement l'action, mais de façon dense et pertinente.

Une très belle trouvaille à ce propos : le choeur sauvage des guerriers en coulisse au I, tandis qu'Aeglé se trouve en proie à l'inquiétude sur le sort de Thésée parti au combat. Au lieu d'avoir droit à une divertissement tâchant de calmer le trouble de la princesse, le choeur nous jette toujours plus violemment dans le feu des affects développés par le personnage présent sur scène.
Il faut dire que Quinault, après Houdar de la Motte, ça fait du bien, beaucoup de bien.

Et puis un livret qui parle du séjour de Médée à Athènes (donc après le massacre de Corinthe), c'est toujours bienvenu, ce pan de la légende est si peu développé...


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.free.fr/css/tb.php?id=155

Commentaires

1. Le mardi 21 février 2006 à , par Inactuel :: site

Ah oui, Quinault c'est un autre calibre que HdlM !

"Quittez votre cour immortelle
Choisissez ces lieux fortunés
pour votre demeure éternelle.
Venez, Reine des Dieux, venez"
Atys, I,7

D.

2. Le mercredi 22 février 2006 à , par DavidLeMarrec

Et toutes les tirades d'Armide (avec, au sommet, le monologue final) ! Ou le duo Epaphus/Phaëton...

3. Le mardi 26 février 2008 à , par Morloch

J'eusse dû m'en douter. Il en avait déjà parlé.

Toujours en phase découverte de la Tragédie lyrique, sans doute l'oeuvre la plus aboutie que j'aie entendu, mais il en reste tant.

Au delà du plaisir de la reconstitution, de la compréhension des codes, un vrai plaisir musical à entendre.

Il y a aussi un enregistrement O'Dette maintenant (qui comme chacun le sait, par sa formation initiale, a certainement réalisé une grande version).

4. Le mardi 26 février 2008 à , par DavidLeMarrec

Bel enregistrement d'O'Dette / Stubbs, oui, mais un peu figé. On sent une vraie envie de faire palpiter l'ensemble, mais le style se cherche un peu, le rythme de la déclamation dans les récitatifs aussi. Ce n'est pas la meilleure oeuvre de Lully / Quinault, et on le sent un peu trop.

Choeurs magnifiques, cela dit (et ce sont aussi les meilleures trouvailles du livret).

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(13/4/2006)

Chapitres

Archives

Calendrier

« février 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728